Basket: Jonathan Kuminga, l’itinéraire bis de la perle congolaise

·5 min de lecture

Annoncé comme possible futur numéro 1 de la prochaine Draft NBA, l'ailier congolais Jonathan Kuminga avait surpris son monde en décembre dernier en choisissant de contourner la case université (NCAA), pour devenir professionnel dans la Ligue de développement de la NBA, la G-League. Brillant dans la saison raccourcie qui se déroule actuellement dans une bulle sanitaire à Orlando, le natif de Goma épate, et montre toute l'étendue de son talent.

Orlando, 10 février dernier. Match de la G-League Ignite face à l'équipe satellite des Golden State Warriors, Santa Cruz. Première action de jeu. Sur un ballon volé par Jonathan Kuminga, l'ailier congolais ne se fait pas prier et accélère pour terminer sur un dunk énorme sur le pivot adverse.

Le jeune de 18 ans n'a pas froid aux yeux face à des joueurs qui ont en moyenne six ans de plus que lui, et se sent comme un poisson dans l'eau. « Sur ce genre d'action, on se rend compte que Jonathan est un prospect exceptionnel, qui peut déjà jouer au niveau professionnel et apporter quelque chose qui est très rare à cet âge : de l'impact immédiat dans son équipe », souligne Brian Shaw, ancien coéquipier de Kobe Bryant aux Los Angeles Lakers, double champion NBA et actuel entraîneur des Ignites.

Fan de foot, mais assez grand pour le basket

Avec des moyennes de 16,4 points et sept rebonds par rencontre depuis le début de la saison de G-League, le numéro 0 s'affirme chaque jour un peu plus comme l'un des meilleurs espoirs du basket mondial.

Né à Goma, Jonathan Kuminga grandit dans une famille où le basket n'est pas vraiment le sport préféré, mais la passion pour la balle orange se développe peu à peu en lui. « J'ai toujours aimé le football, qui était pratiqué par quasiment tous les membres de ma famille, mais étant plus grand que les autres enfants, j'ai commencé le basket assez logiquement », se souvient Kuminga.

Un jour d'été 2015, il se présente à l'un des camps de basket organisés par Bismack Biyombo, qui réunis des centaines de jeunes dans les quatre coins du pays. Au bout d'une journée, le longiligne ailier montre toute l'étendue de son talent, et le pivot NBA décide de le prendre sous son aile. « La première fois que je l'ai vu, je me suis dit "wow, ce gamin est trop facile", il sent le jeu comme aucun des jeunes qui étaient venus dans mes camps à travers les années. C'était déjà une pépite, et j'ai voulu l'aider pour qu'il réalise ses rêves », sourit Biyombo. Le joueur actuel des Charlotte Hornets le fait venir aux États-Unis à l'âge de 13 ans, et l'aventure américaine de Kuminga commence.

La Draft NBA en ligne de mire

Les premiers mois sont difficiles. Lors des trois premières années aux États-Unis, il change de lycée trois fois, avant d'atterrir au Patrick High School, dans le New Jersey. L'adaptation dans cet établissement catholique se fait très rapidement, au milieu de ses coéquipiers dont certains sont originaires du Mali et du Bénin. « On avait un groupe très solide, très solidaire et le fait de partager mon quotidien avec d'autres joueurs africains, qui ont vécu le même parcours difficile que moi - car la transition entre l'Afrique et les États-Unis est compliquée - m'a beaucoup aidé à grandir », se rappelle le jeune espoir, avant d'ajouter « qu'échanger, partager, parler et se soutenir dans les bons comme dans les mauvais moments, c'est la chose la plus importante pour le développement en tant que joueur, mais aussi en tant qu'homme ».

Après une trentaine de matches avec son lycée, le jeune Congolais cartonne : 30 points de moyenne, et des actions qui font le tour des réseaux sociaux. Les universités américaines se l'arrachent, dont Duke, North Carolina, et Kentucky, les mastodontes de la NCAA, le championnat universitaire. Mais Kuminga se donne le temps de réflexion, et celui que l'on annonce comme possible numéro 1 de la Draft va prendre tout le monde à contre-pied, et signer professionnel, profitant d'une nouvelle voie possible pour rejoindre la NBA.

Celle-ci, dans un souci de conforter sa position et d'attirer les joueurs de plus en plus jeunes, décide de donner la possibilité aux meilleurs espoirs du pays de signer dans leur ligue de développement depuis cette saison, et réunit les meilleurs prospects au sein d'une équipe, les G-League Ignite. Kuminga signe pour la saison, et se lance dans le bain professionnel, évoluant face à des joueurs ayant plusieurs années d'expérience au plus haut niveau.

« Le choix a été difficile, mais je me suis rendu compte que devenir professionnel et mettre les deux pieds dans ce monde allait m'aider à faire la transition plus facilement vers la NBA que si j'étais allé en NCAA », souligne-t-il. Les Ignites surprennent leur monde depuis le début de la bulle d'Orlando, et Kuminga affole les compteurs. « Jonathan est le meilleur jeune de 18 ans avec lequel j'ai joué de ma vie, et il est prêt pour faire le grand saut pour la NBA. Il a tout : le physique, le mental et le jeu », affirme son coéquipier Jarrett Jack, ancien mentor de la superstar Stephen Curry.

Kuminga sait que les projecteurs sont sur lui, mais garde la tête froide, avec un seul objectif en tête. « Je sais que tout le monde parle de moi, mais mon seul but est d'aller en NBA la saison prochaine et de me retrouver dans la meilleure situation possible », martèle-t-il. Annoncé comme probable futur numéro 1 de la Draft, Kuminga ne cache pas son ambition : « Je veux faire une longue carrière dans la ligue et je veux rendre le peuple congolais fier. Si j'arrive à le faire, cela montrera aussi à mes compatriotes que tout est possible, et ce serait ma plus grand fierté. »