Basket - Mondial (Q) - De Los Angeles à Podgorica, Justin Cobbs, la nouvelle star du basket monténégrin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Adversaire de la France vendredi (20 h 30) en qualifications pour la Coupe du monde 2023, le Monténégro confie depuis dix ans le poste de meneur à un joueur américain naturalisé. C'est Justin Cobbs, très en forme en Eurocoupe, qui s'acquittera de cette tâche face aux Bleus.

Vendredi soir, sur le parquet du Palais des sports de Pau, le Monténégro se présentera face aux Bleus (20 h 30) sans ses trois meilleurs intérieurs, costauds et techniques, la marque de fabrique locale. Nikola Vucevic et Marko Simonovic sont retenus en NBA, à Chicago, et Bojan Dubljevic (Valence) est blessé.

Mais une autre tradition monténégrine devrait donner du fil à retordre aux Bleus : celle du meneur américain naturalisé. L'ingrédient en plus dans la recette locale depuis 2011. Vendredi soir, c'est Justin Cobbs qui enfilera ce costume de chef d'orchestre. Le natif de Los Angeles, cousin de Russell Westbrook, tient le poste (et son passeport) depuis 2020.

Un démarchage assumé
Ce changement de nationalité est permis par le règlement FIBA qui autorise un joueur naturalisé par sélection. « Notre équipe est particulièrement vulnérable à l'extérieur, alors que nous avons d'excellents joueurs dans la raquette. C'est pourquoi, dès la naissance de l'équipe nationale, nous avons décidé que nous ferions appel à un joueur naturalisé au poste 1 », confiait Danilo Mitrovic, le manager général de la sélection, au site BeBasket en 2017. Justin Cobbs est déjà le sixième point guard en dix ans. Car les dirigeants locaux n'hésitent pas à changer et interchanger leurs cartes américaines.

Après le pionnier Omar Cook à l'Euro 2011, Taylor Rochestie a qualifié le Monténégro pour l'édition 2013 qu'il a vécue... sur son canapé. Entre-temps, Tyrese Rice, jugé plus performant, avait obtenu son passeport pour la phase finale. Même sort pour Derek Needham, convoqué en qualifications pour l'Euro 2017 et laissé de côté une fois la mission accomplie, encore en faveur de Rice.

Cobbs superstar en Eurocoupe
Needham a pu disputer la première Coupe du monde de l'histoire du Monténégro, en 2019, avant d'être poussé vers la sortie par Justin Cobbs. Champion de France avec Le Mans en 2018, le meneur évolue désormais au Buducnost Podgorica, le meilleur club de son pays d'adoption. Et il marche sur l'eau en Eurocoupe (19,2 points et 4,8 passes de moyenne).

Isaia Cordinier et Mouhammadou Jaiteh, battus avec Bologne (86-82, le 3 novembre), peuvent en témoigner. En apéritif avant de retrouver les Bleus, Cobbs a même signé un match à 44 d'évaluation contre Ljubljana le 17 novembre (33 points, 5 passes).

Mais Vincent Collet avait bien négocié la menace Cobbs en février 2020 puis 2021, lors des qualifications pour l'Euro. « C'est un des enjeux centraux, on essaye de diminuer son rendement et on y était plutôt bien parvenus. Si Andrew (Albicy) peut jouer, ce sera de la défense poste pour poste, mais sinon Lahaou Konaté s'était plutôt bien comporté contre lui », confiait le sélectionneur, jeudi.

En deux matches face aux Bleus, le Californien avait inscrit 11 points, avec une adresse catastrophique (23 %). Les deux défaites avaient pesé lourd dans la non-qualification monténégrine. Pour rêver d'une deuxième Coupe du monde d'affilée, le Monténégro aura besoin du meilleur visage de Cobbs. Comme depuis dix ans, le petit pays des Balkans a lié son destin à celui d'un meneur américain.

lire aussi
Le groupe des Bleus pour affronter le Monténégro et la Hongrie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles