Basket - NBA - À New York, Derrick Rose est enfin prêt à jouer les mentors

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

MVP de saison régulière en 2011, Derrick Rose avait quitté New York en 2017 en affirmant qu'il était trop jeune pour endosser un rôle de mentor. Trois ans plus tard, le meneur est revenu chez les Knicks avec l'intention d'aider les jeunes rookies Immanuel Quickley et Obi Toppin à progresser. « Dans cette ligue, on est payé pour jouer, pas pour être un mentor », déclarait l'agent de Derrick Rose B.J. Armstrong en juillet 2017. À l'époque le plus jeune MVP de l'histoire avait 28 ans, et n'envisageait pas de jouer les mentors auprès du français Frank Ntilikina, fraîchement drafté par les Knicks. Free agent après une saison à 18 points de moyenne dans la franchise new-yorkaise, Rose filait ainsi à Cleveland pour trouver du temps de jeu malgré un salaire minime. Trois ans et demi plus tard, l'ex-star de Chicago est de retour à New York après un échange avec les Detroit Pistons. Cette fois, Rose semble s'être réconcilié avec l'idée d'encadrer les jeunes. Dans le Michigan, le meneur était déjà très protecteur avec le rookie français Killian Hayes. lire aussi Les résultats de la saison régulière Un dîner prévu avec les deux rookies des Knicks Il souhaite désormais mettre à profit son expérience pour aider les autres jeunes de l'effectif. « Je veux être un mentor pour les jeunes et montrer que je peux faire un peu de basket », a déclaré le meneur après la défaite des Knicks face au Heat mardi (96-98).

Immanuel Quickley, avec qui Derrick Rose a partagé une vingtaine de minutes sur le parquet hier soir, a de son côté confié que l'ancienne star des Chicago Bulls l'avait déjà invité lui, et l'autre rookie du groupe Obi Toppin, à un dîner pour échanger sur les systèmes de jeu de Tom Thibodeau, qui coachait Rose lors de sa saison MVP, en 2011. Pleinement investi dans son nouveau rôle, le meneur a laissé son numéro de téléphone aux deux joueurs en leur assurant qu'ils pouvaient le contacter à n'importe quel moment s'ils avaient besoin de conseils. Mais sur le terrain, Rose a surtout prouvé qu'il avait encore sa place dans la rotation new-yorkaise avec une première sortie à 14 points et trois passes décisives en 20 minutes de jeu. lire aussi La NBA en manque d'ambiance malgré un retour limité du public