Basket - NBA - Avant Killian Hayes, les autres pépites formées à Cholet et draftées en NBA

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Killian Hayes a été retenu à la septième place de la Draft par les Detroit Pistons ce jeudi. Avant le meneur, de nombreux joueurs français ont fait leurs armes au centre de formation de Cholet avant d'obtenir les faveurs de la NBA. Tour d'horizon. Killian Hayes (2017-19) : Après sa carrière professionnelle, DeRon Hayes décide de s'installer définitivement à Cholet. C'est donc naturellement que son fils Killian prend une licence au club local dès l'âge de sept ans. En 2016, il refuse même l'entrée à l'INSEP pour rester entre les mains des formateurs du Cholet Basket, et découvre le monde professionnel l'année suivante. Du haut de ses 17 ans, il se distingue par deux rencontres avec 17 points inscrits avant de filer en Allemagne la saison dernière, au Ratiopharm Ulm. Rudy Gobert (2011-13) : originaire de Saint-Quentin, il pose ses valises dans les Mauges en 2007. Mais ses saisons chez les cadets sont tronquées par une croissance tardive : à 17 ans, il mesure déjà 2,10m ! Chez les espoirs, il brille avec l'équipe de France comme avec le CB : sacré MVP du championnat de France Espoirs, le pivot rejoint le groupe professionnel à 19 ans. Dès sa deuxième saison, il termine meilleur contreur (1,7 par match), deuxième dunkeur et avec le meilleur pourcentage aux tirs à deux pts (73,6 %) de la Pro A. Des statistiques qui poussent Denver à le drafter au 27e rang avant de l'envoyer au Utah Jazz. Kevin Seraphin (2008-10) : après un an à Poitiers, le Guyanais réalise des premiers pas compliqués avec les cadets de Cholet en 2006. La saison suivante, à 18 ans, il est sacré Champion de France Espoirs, et intègre définitivement le groupe d'Erman Kunter en 2009/2010. Son potentiel éclot quelques mois plus tard, en Pro A et en Eurocoupe, et il est sacré champion de France en fin de saison, malgré une blessure en finale. La récompense intervient dans la foulée : Séraphin est drafté à la 17e place par les Chicago Bulls, qui l'échangent aux Washington Wizards. Rodrigue Beaubois (2006-09) : après une enfance en Guadeloupe, Beaubois rejoint le centre du Cholet Basket à 17 ans. Après une saison éclair chez les Espoirs, il débarque chez les professionnels, et remporte la Semaine des As en 2008, où il marque 4 points et offre 2 passes décisives en finale. La saison suivante, il progresse en défense et passe du poste de meneur à celui d'arrière, avant d'aider son club à accéder au Final Four de l'Eurochallenge. Elu meilleure progression de Pro A, il est sélectionné en 25e position par l'Oklahoma Thunder avant de rejoindre les Dallas Mavericks pour quatre saisons. Nando de Colo (2006-09) : dès sa première saison au Cholet Basket, à 15 ans, il remporte le Mondial cadets. Impressionnant chez les Espoirs, il intègre l'équipe première trois ans plus tard et collectionne les titres sous les ordres d'Erman Kunter : MVP du All-Star Game 2007, le Nordiste est aussi élu MVP et meilleure progression de la saison de Pro A. Il remporte son premier titre lors de la Semaine des As 2008, dont il est également nommé MVP. Choisi en 53e position par les Spurs de San Antonio lors de la draft 2009, il préfère poursuivre sa carrière en Europe et rejoint le club de Valence. Mickaël Gelabale (2001-04 puis 2009-10) : d'origine guadeloupéenne, il débarque à Cholet à l'âge de 16 ans. Deux ans plus tard, il intègre l'effectif professionnel, mais ne brillera vraiment que lorsqu'il rejoint le Real Madrid, en 2004. Il est ensuite drafté en 48e position par les Seattle Supersonics en 2006. Mais, handicapé par une blessure au genou, l'ailier se retrouve sans club trois saisons plus tard. C'était sans compter le soutien d'Erman Kunter, qui le fait revenir à Cholet en novembre 2009. Un pari qui s'avère gagnant, puisque Cholet est couronné champion de France cette saison-là et Gelabale est élu MVP de la finale. Antoine Rigaudeau (1987-95) : le natif de Cholet prend sa première licence à l'âge de 7 ans. Il intègre la Nationale 1 A, ancêtre de la Pro A, à l'âge de 15 ans et 11 mois, devenant le plus jeune joueur de l'époque. Plus tard, le meneur marquera encore un peu plus l'histoire, remportant à quatre reprises le titre de MVP français avec son club formateur. Rigaudeau dispute alors une Summer League sous les couleurs des Houston Rockets, sans pouvoir intégrer la NBA. Ce n'est qu'en 2003 que les Dallas Mavericks lui offrent sa chance. Mais le Français est barré par Steve Nash et Nick Van Exel à son poste, et quittera les États-Unis quelques mois plus tard.