Basket - NBA - Bradley Beal, une saison en enfer

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

De plus en plus frustré, le meilleur marqueur de la ligue Bradley Beal n'arrive pas à influer sur les performances catastrophiques de son équipe, les Washington Wizards, bons derniers de la NBA. « Est-ce que le ciel est bleu ? » Telle est la réponse pleine de fatalisme qu'a donné Bradley Beal mercredi soir à un journaliste d'ESPN, qui lui demandait s'il était frustré après la onzième défaite de son équipe sur le parquet des Pelicans (124-106). La veille l'arrière des Wizards avait déjà laissé transparaître son mal-être, se prenant la tête entre les mains après la lourde défaite de son équipe face à Houston (107-88). La vidéo de ce moment de détresse, largement relayée sur les réseaux sociaux, a suscité la pitié des fans, qui ont même lancé un #Freebradbeal ( « Libérez Bradley Beal ») sur Twitter.

Meilleur scoreur de la NBA Il y a en effet de quoi être frustré. Meilleur marqueur de la ligue avec 34,7 points de moyenne, le joueur clef de Washington ne parvient pas à faire gagner son équipe, qui affiche le pire bilan de toute la NBA (3 victoires -12 défaites). En 14 matches disputés, Beal n'a pourtant jamais été en dessous des 26 points, avec en prime un record en carrière face à Philadelphie le 6 janvier (60 points). En vain. 34,7 La moyenne de points de Bradley Beal cette saison, le meilleur bilan de la ligue, loin devant Kevin Durant (30,5) et Damian Lillard (28,8) La faiblesse de ses coéquipiers annihile tous les efforts du joueur All-Star, qui enchaîne les performances stratosphériques pour des résultats indigents au classement. Aucun autre joueur des Wizards n'a réussi une performance à plus de 28 points cette saison à part lui. En inscrivant 47 unités lors de la défaite à New-Orleans mercredi soir, Bradley Beal a même battu un triste record, enchaînant un dixième match à plus de 40 points consécutif sans gagner.

Westbrook peine à convaincre Voir Bradley Beal marquer autant de points en dépit du faible niveau de ses coéquipiers n'est cependant pas surprenant. Depuis son arrivée dans la ligue en 2012, le joueur de Washington a prouvé qu'il était un scoreur hors pair, jamais en dessous des 20 points de moyenne lors des 4 dernières saisons. L'an dernier, alors que l'effectif des Wizards était déjà très affaibli par la blessure de John Wall, il avait terminé la saison avec 30,5 points de moyenne. 38,1 % Le pourcentage au tir de Russell Westbrook cette saison, le moins bon de sa carrière Mais cette saison s'avère être particulièrement compliquée pour la franchise de la capitale. Échangé contre John Wall à l'intersaison, Russell Westbrook, avec lequel Beal était supposé former un duo offensif prolifique, n'a disputé que 10 rencontres depuis le début de la saison, avec le pire pourcentage de réussite au tir de sa carrière (38,1 %). lire aussi Le classement de la conférence est Rumeurs de transferts L'arrière des Wizards n'est pas le premier à connaître ce type de situation. En 2003-2004, Tracy McGrady terminait par exemple meilleur marqueur de la saison régulière (28 points par match), sans pour autant parvenir à faire décoller Orlando de la dernière place du classement. Une frustration qu'a aussi connue Kevin Love en 2011-2012, lorsqu'il cumulait 26 points de moyenne dans une équipe de Minnesota 21e de NBA. Bradley Beal après la défaite face aux Rockets le 26 janvier « Que puis-je faire pour aider cette équipe ? » Même chose pour Trae Young qui l'an passé a terminé la saison avec une moyenne de 29,6 points par match (4e meilleur bilan de NBA) alors qu'Atlanta stagnait à l'avant dernière place de la conférence est. Briller dans des équipes faibles est aussi l'histoire de la carrière de Carmelo Anthony, incapable par exemple d'emmener les New York Knicks en play-offs en 2013 malgré ses 27,4 points de moyennes.


Fidèle depuis toujours à la franchise qui l'a drafté en 2012, Bradley Beal semble aujourd'hui à bout de nerfs. « Que puis-je faire pour aider cette équipe à gagner ? », se demandait-il en conférence de presse après la défaite face aux Rockets. Le mal-être du joueur des Wizards est tel que les rumeurs de transferts vont de bon train dans le microcosme de la NBA. Après la défaite face aux Rockets, l'ancien pivot des Celtics Kendrick Perkins suggérait ainsi au Miami Heat et aux Philadelphia Sixers de se pencher sur le dossier. En attendant un hypothétique transfert, le double All-star tentera ce dimanche soir de faire exister son équipe face aux Brooklyn Nets et leur « Big three » infernal, qui restent sur quatre victoires d'affilée. lire aussi L'état d'esprit neuf du Jazz