Basket - NBA - Les Brooklyn Nets maîtrisent les Boston Celtics en ouverture du 1er tour de play-offs

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après une entame un peu poussive, le trio star des Nets, Kevin Durant, Kyrie Irving et James Harden, s'est réveillé en deuxième période (104-93) pour donner le premier point à Brooklyn au 1er tour des play-offs. Ils ne sont pas franchement là pour ça. Pour les Nets, le premier tour des play-offs NBA 2021 est un marchepied vers l'autel. « L'équipe a des attentes et des objectifs bien plus élevés que cela », confessait le GM, Sean Marks, avant le début de la série face aux Boston Celtics. La nuit dernière, Brooklyn, logiquement rangé parmi les favoris au titre, a donc assumé son rang, en dominant Boston (104-93). lire aussi Le tableau des play-offs Mais il aura fallu se bagarrer un tantinet tout de même. Avec sa phalange de stars, Kevin Durant, Kyrie Irving et James Harden, Brooklyn a du galon sur le veston, mais ça ne l'exempte pas de faire les choses bien, avec l'agressivité adéquate. Et à ce jeu-là, ce sont les Celtics de Brad Stevens qui fournissaient le meilleur récital en première période. Campé défensivement (9 contres pour Robert Williams) et aux mollets du trio étoilé des Nets dès que l'un d'eux touchait le ballon, Boston y a mis l'agressivité et la vertu, menant de six longueurs à la pause. 28 des 31 points du troisième quart-temps inscrits par le trio star des Nets En face, Brooklyn mâchouillait son basket offensif, manquait d'impact à l'autre bout du terrain et son trident rentrait aux vestiaires avec un piteux 0 sur 11 cumulé derrière l'arc ! « Dès lors que l'on a focalisé notre énergie sur la défense, les choses ont commencé à tourner pour nous », racontait Kevin Durant après-coup. En avisé de la post-saison, le coach Steve Nash ne s'est évidemment pas affolé. Boston avait laissé déjà pas mal de sueur sur le parquet. Et les trois hommes forts des Nets se sont effectivement élevés au retour des vestiaires, galvanisés aussi, sûrement, par 14 000 personnes en tribunes et des airs de basket d'avant. Dans un grand souffle, Brooklyn passait un 18-4 aux « Green ». Le match venait de tourner et le trio infernal était enfin au rendez-vous.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans une saison où ils se sont plus souvent croisés que regardés dans le blanc des yeux sur le terrain, Durant (32 points, 12 rebonds), Harden (21 pts, 9 rbds, 8 passes) et Irving (29 pts, 6 rbds) faisaient cette fois ronfler la machine, inscrivant à eux trois 28 des 31 points des Nets dans le troisième quart-temps ! Alignées ensemble sur la feuille de match pour la neuvième fois seulement de la saison, les trois stars doivent encore construire un vécu commun, mais leur deuxième mi-temps, la nuit dernière, peut être un socle solide. lire aussi Le calendrier de la série « J'ai eu l'impression que l'on avait plutôt fait un bon spectacle. Il faut en faire trois de plus comme ça », commentait Kyrie Irving à la sortie. C'est d'ailleurs lui, le champion 2016 avec Cleveland et... ancien Celtic, qui faisait office de deuxième lame, inscrivant 13 points dans les sept dernières minutes, quand les Nets ne menaient alors que de trois longueurs et que le match n'avait pas encore rendu son verdict.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Toujours vaincu par les Nets cette saison (4-0 désormais), Boston sait que la mission sera rude. « Vous pouvez défendre très bien sur ces gars-là, mais derrière vous devez toujours marquer des points », résumait assez justement Brad Stevens. Evan Fournier (10 pts, 6 rbds en 39 minutes) et ses amis seront bien là, à la bagarre. lire aussi Doncic refroidit les Clippers lire aussi Podcast « Step back » : à la recherche du meilleur joueur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles