Basket - NBA - Bucks - Qui sont les joueurs qui ont mené Milwaukee jusqu'au titre NBA ?

·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Mike Budenholzer, l'entraîneur des Bucks, vainqueurs des Phoenix Suns en finale (4-2), s'est appuyé sur une rotation de neuf joueurs en play-offs pour atteindre le sommet de la NBA. Le leader : Giannis Antetokounmpo. À 26 ans, le Grec né de parents nigérians a désormais un CV riche des mentions de champion NBA, MVP de la finale, de la saison régulière et du All-Star Game et meilleur défenseur de l'année. Ultra-complet, il a été capable de marquer 41 points au match 3 face aux Suns puis de réaliser un contre décisif trois jours plus tard. Il a encore été immense, lors du match 6, inscrivant 50 points, dans la nuit de mardi à mercredi. Le lieutenant : Khris Middleton. Le complément idéal du « Greek Freak » par son jeu complet, qui lui permet d'exister même quand il ne touche pas trop le ballon, mais aussi par son aptitude à se muer en leader offensif, avec notamment un shoot très efficace après dribble, les jours où Antetokounmpo est en dedans. La plus-value : Jrue Holiday. Milwaukee a payé un prix d'or pour l'arracher à New Orleans l'an dernier, alors qu'il n'a été qu'une fois All-Star, en 2013. Il le valait. Garçon apprécié, défenseur de premier plan, attaquant précis, il a permis de développer un jeu plus exigeant que son prédécesseur Eric Bledsoe. Il a signé l'interception décisive au match 5. Le totem : Brook Lopez. Le pivot titulaire des Bucks, utile notamment en défense grâce à son physique (2,13 m, 128 kg) et son aptitude au contre. En attaque, il a remis plus souvent le pied dans la raquette lors de ces play-offs après des années à s'acharner à trois points. Le suppléant : PJ Tucker. Arrivé de Houston en mars, il s'est retrouvé titulaire après la blessure de l'arrière Donte DiVincenzo au premier tour. Un « petit » intérieur (1,98 m) utile par sa défense, son sens du jeu et son énergie. Il avait déjà été champion en Allemagne et en Israël. Le sixième homme : Pat Connaughton. Phoenix s'est souvent fait un plaisir de cibler sa défense limitée. Pour autant, cet arrière n'a jamais eu autant de temps de jeu qu'en finale grâce à son côté sans peur en attaque. Il a aussi été pro en baseball en début de carrière. « L'energizer » : Bobby Portis. Le remplaçant du secteur intérieur, arrivé l'hiver dernier pour renforcer le banc. Ce joueur tonique, plus roublard que ne l'indique son âge (26 ans), a été essentiel en finale de conférence pour suppléer Giannis Antetokounmpo, touché à un genou. La sécurité : Jeff Teague. Titulaire durant l'essentiel de sa carrière, ce meneur de 33 ans a accepté un rôle limité pour chasser une bague avec Mike Budenholzer, qui fut son coach à Atlanta. Un joueur sobre, rassurant à avoir dans l'effectif en cas de blessure de Holiday. Le joker : Bryn Forbes. Le seul des joueurs du bout du banc (Thanasis Antetokounmpo, Axel Toupane...) à avoir eu le droit régulièrement à des minutes. Ce shooteur (45 % à trois points en saison régulière) était titulaire à San Antonio les deux saisons précédentes.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles