Basket - NBA - Consultation : choisissez votre meilleur trio de l'histoire de la NBA

L'Equipe.fr
L’Equipe

Cette semaine, L'Equipe vous invite à désigner le meilleur trio de l'histoire de la NBA, en choisissant un trio par Conférence puis le meilleur des deux « Big Three » restants. Ce mardi, place à la Conférence Ouest.La sortie du documentaire « The Last Dance », relatant la saison 1997-1998 des Chicago Bulls de Michael Jordan, Scottie Pippen et Dennis Rodman, a relancé de nombreux débats dont celui des meilleurs trios de l'histoire de la NBA. L'Equipe vous propose cette semaine de désigner le meilleur « Big Three » historique de chaque conférence, et d'ensuite choisir le meilleur des deux finalistes. Ce mardi, place à la Conférence Ouest.Jerry West - Elgin Baylor - Wilt Chamberlain (Los Angeles Lakers, 1968-1972)Sur le papier et en saison régulière, Jerry West, Elgin Baylor et Wilt Chamberlain ont formé un trio infernal. La première « Super Team » de l'histoire de la Ligue, capable d'étriller ses adversaires par plus de vingt points d'écart en moyenne. L'assemblage de superstars s'est en revanche avéré insuffisant pour aller chercher le moindre titre. Pire, lorsque les Lakers ont enfin obtenu le Graal, en 1972, Elgin Baylor avait pris sa retraite pour cause de blessure. Les Pourpre et Or lui ont quand même offert une bague de champion, plutôt méritée avec une carrière passée exclusivement chez les Lakers (Minneapolis compris).Magic Johnson - Kareem Abdul-Jabbar - James Worthy (Los Angeles Lakers, 1982-1991)Ils étaient les parfaits opposants aux Celtics de Bird, McHale et Parish. De 1983 à 1989, les Los Angeles Lakers ont remporté trois titres (1985, 1987 et 1988) et disputé cinq finales. Johnson, Jabbar et Worthy ont chacun obtenu un titre de MVP de la finale. Sous l'impulsion du sens de la passe de Magic Johnson, les Angelinos ont magnifié un jeu, le « showtime », qui a replacé Los Angeles au coeur du basket américain. De quoi permettre à Abdul-Jabbar de devenir le meilleur marqueur de tous les temps (38 387 points), un record que seul LeBron James est en mesure de menacer sur les années à venir. Johnson (n°32), Abdul-Jabbar (n°33) et Worthy (n°42) ont tous les trois eu l'honneur de voir leur maillot être retiré par les LA Lakers.Tim Duncan - Tony Parker - Manu Ginobili (San Antonio Spurs, 2002-2016)En quatorze saisons communes (2002 à 2016), Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili ont brisé le record de victoires enregistrées par un trio (575), surpassant en novembre 2015 Bird-McHale-Paris (540 victoires). Il faut ajouter à cela quatre titres (2003, 2005, 2007 et 2014), le génie de l'Argentin en sortie de banc et un style de jeu collectif souvent admiré et jamais égalé. Assez naturellement, Duncan, Parker et Ginobili ont tous été présents aux cérémonies de retraite de leurs compères, de quoi sceller un peu plus leur grande amitié, le tout sous l'oeil bienveillant de Gregg Popovich, qui a su façonner ses protégés afin de les transformer en alliage redoutable. Ils ont glané le dernier titre d'une équipe dont le tir à trois points n'était qu'une arme annexe.Stephen Curry - Klay Thompson - Draymond Green (Golden State Warriors, 2012 - ?)Les « Splash Brothers », incarnés par Stephen Curry et Klay Thompson, maîtres artilleurs longue distance, ont révolutionné le jeu proposé en NBA ces cinq dernières années. Dirigés par l'ancien joueur des Bulls Steve Kerr, ils ont remis au goût du jour le jeu « small ball », avec pour pièce centrale Draymond Green (1,98 m) en pseudo-pivot. Depuis 2015, les Golden State Warriors ont participé à toutes les finales, remportant trois titres par la même occasion, dont deux en compagnie de Kevin Durant. Une série digne des plus grandes dynasties de la Ligues (Lakers, Celtics, Bulls, Spurs...), légèrement entachée par un exercice 2019-2020 pénible (blessures de Curry et Thompson, départ de Durant). Au complet, les Warriors restent jusqu'à preuve du contraire ce qui se fait de mieux aujourd'hui en NBA.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi