Basket - NBA - Les gestes iconiques de la NBA : le « step back » à trois points de James Harden

L'Equipe.fr
L’Equipe

Retrouvez régulièrement sur le site L'Équipe un geste iconique de la NBA décomposé et décrypté. Pour ce deuxième rendez-vous, le tir à trois points après un pas en arrière, le fameux « step back », de James Harden.C'est un geste exceptionnel, mais qui n'est plus extraordinaire. Il est même devenu l'ordinaire de la NBA, un « mème », une récurrence, jusqu'à l'overdose dirons certains. En 2018-2019, lors de la seule saison régulière, James Harden a tenté 613 « step back 3s », des tirs à trois points à reculons, soit près de huit par match. Un total presque absurde qui, grâce à une réussite plus qu'honnête, lui a permis de finir meilleur scoreur (36,1 points par match en moyenne), et de loin, ce qu'il est encore cette saison (37,7).Tous les « step back 3s » ne se valent pas. Certains sont précédés par une multitude de dribbles, d'autres sont vite exécutés. Certains envoient le défenseur à plusieurs mètres, délice suprême de l'attaquant. Certains, enfin et surtout, ont un impact majuscule sur le jeu.Un geste iconique : le contre sur contre-attaque de LeBron JamesCelui que nous avons choisi fut décisif. Il a eu lieu le 17 décembre 2018 à Houston. Le Jazz n'a que deux points de retard sur les Rockets (99-97) et l'horloge indique qu'Utah aura, quoi qu'il en soit, une dernière attaque. S'il marque, Harden peut donc tuer le suspense.Au début de l'action (image ci-dessus), le ballon est dans les mains de Chris Paul (transféré depuis à Oklahoma City). Harden est défendu par Royce O'Neale.En posant un écran en faveur de Paul (image ci-dessus), Harden provoque un changement de défenseur, un « switch ». Moins puissant qu'O'Neale (86 kg contre 103), Ricky Rubio se retrouve à défendre sur Harden.À l'instar d'Eric Gordon (rond rouge), Clint Capela (rond bleu) et P.J. Tucker (rond orange), Chris Paul (rond vert) s'est écarté une fois le ballon donné à Harden. Ce dernier peut jouer le un-contre-un face à Rubio, sans aide ni interférence défensive. Il lui reste neuf secondes pour tirer..Harden commence une série de dribbles (image ci-dessus), ici entre les jambes. Quand il récupère la balle tôt dans la possession, il peut dribbler jusqu'à vingt fois avant de tirer, d'où les critiques sur la pauvreté du jeu de Houston. Mais cela a un but : étourdir le défenseur et lui faire perdre ses appuis en multipliant les changements de direction et les fausses pistes.Comme il a récupéré la balle assez tard sur cette action, avec neuf secondes seulement pour tirer, Harden part vite vers le cercle (image ci-dessus).Le but : faire reculer Rubio, mettre de l'espace entre les deux et, en passant, réduire la distance de tir. Il le fait avec un premier step back : un pas en avant vers la raquette (image ci-dessus), puis un autre en arrière.La ligne d'épaules d'Harden est basse (image ci-dessus) et il regarde vers le sol. S'il restait droit et regardait vers le cercle, le défenseur saurait qu'il ne compte pas pénétrer. Là, l'arrière de Houston peut lui faire croire qu'il va le faire tout en enchaînant avec un pas de recul.Ça y est, Harden a trouvé la position idéale. Rubio est désormais à l'intérieur de la ligne à trois points. Le « Barbu » a retrouvé ses appuis et on voit ci-dessus qu'il est prêt à repartir de l'avant.Voici l'action du « step back » en elle-même. Première partie : Harden lance la jambe gauche en avant (image ci-dessus). Le pied touche le sol à l'intérieur de la ligne à trois points. Le pied droit est positionné de façon à préparer un retour en arrière. Grâce à tout ce qui s'est passé avant, Rubio n'est plus en capacité de s'opposer car ses appuis ne sont pas posés correctement. Mais comme il sait qu'Harden va tirer, il essaie malgré tout de se rapprocher.Deuxième partie : Harden effectue le fameux pas en arrière (image ci-dessus). La position fléchie de sa jambe arrière lui permet de se stabiliser en un instant.Précision importante : il ne prend la balle à deux mains qu'une fois le pas arrière posé. S'il le fait au moment où il pose le pas avant, l'arbitre risque de siffler un marcher. Harden est très fort pour maintenir la main active au-dessus du ballon afin de laisser le dribble en suspens.Une fois revenu en arrière, Harden monte très vite au tir (image ci-dessus). La technique est parfaite : une grande vitesse d'exécution, une détente remarquable, les mains hautes, le corps tourné à l'opposé du défenseur, le coude du bras shooteur en avant pour attirer la faute.Rubio arrive trop tard pour gêner Harden (image ci-dessus). Le leader de Houston a shooté à trois secondes de la fin de la possession, quatorze de la fin du match.Le ballon (image ci-dessus) va rentrer et Houston prendre cinq points d'avance. La victoire est au bout, Harden peut exulter.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi