Basket - NBA - Jaylen Brown porte les Boston Celtics, un record pour Josh Giddey (Oklahoma City)

·4 min de lecture

Le programme de la nuit de dimanche à lundi a permis à plusieurs individualités de se mettre en lumière : Jaylen Brown a inscrit 50 points pour les Boston Celtics, le meneur Josh Giddey (Oklahoma City) s'est emparé d'un record NBA et Luka Doncic a effectué un retour gagnant pour Dallas. La perf de la nuit : Jaylen Brown, 50 points et un club fermé La nouvelle année a bien failli commencer sous un mauvais jour pour les Boston Celtics, plutôt étonnés d'avoir eu à batailler dimanche soir, à domicile, face à un Orlando Magic qui n'a pas pris pour habitude de secouer ses adversaires cette saison (7 victoires, 30 défaites). En l'absence de Jayson Tatum, présent au bord du terrain, l'ailier Jaylen Brown a joué les pompiers de service. Tout d'abord en claquant 11 des 13 derniers points de son équipe au bout du temps réglementaire, afin d'obtenir le droit de disputer une prolongation (100-100). Ensuite en claquant un tir à trois points pour faire le break dans la période additionnelle, ce qui lui a par ailleurs permis d'atteindre les 50 points inscrits au cours de la partie (19 sur 29 au tir, 11 rebonds, 4 passes). Un record personnel que seuls sept autres joueurs ont atteint dans l'histoire de sa franchise : Larry Bird, Jayson Tatum, Kevin McHale, Sam Jones, Paul Pierce et Isaiah Thomas. 51 Jaylen Brown a échoué à une unité du record de points inscrits sur un match cette saison, détenu par Kevin Durant (Brooklyn Nets) : 51 points. « Il n'y avait pas moyen que l'on perde ce match, commentait Brown après la partie. Je voulais obtenir la victoire pour tout le monde. » Ce succès ne règle pas les problèmes de régularité de son club (18v-19d, 10e à l'Est), mais il permet de coller, pour l'instant, à un leitmotiv à faire perdurer : « On veut mettre 2021 derrière nous, c'est une nouvelle année. » Le rookie : Josh Giddey, record de précocité À défaut de permettre à son équipe de gagner régulièrement (13v-23d, 13e à l'Ouest), le meneur australien Josh Giddey fait montre d'une maturité et d'un sens des responsabilités bluffants pour son âge, à savoir 19 ans (en octobre). S'il semble toujours aussi inconstant lorsqu'il s'agit de contribuer offensivement (17 points à 7 sur 16 lundi), se montrant parfois maladroit au plus près du cercle, le rookie d'Oklahoma City s'est néanmoins emparé d'un record battu il y a à peine un an par LaMelo ball : celui du plus jeune joueur à réussir un triple-double. En cumulant 17 points, 13 rebonds et 14 passes, le natif de Melbourne est devenu le leader de la catégorie à 19 ans et 84 jours. Insuffisant toutefois pour l'emporter à domicile contre Dallas (86-95), ce qui frustrait d'ailleurs Giddey : « C'est sympa, comme je l'avais dit plus tôt dans la saison. Les stats individuelles sont sympas, on en profite une soirée. Mais la victoire est toujours mieux que les stats individuelles. Si j'aligne 0-0-0 et que nous gagnons, c'est toujours mieux qu'un triple-double et la défaite. » Une mentalité louable, qui ne colle toutefois pas au projet du Thunder, clairement axé sur le développement de joueurs au détriment des résultats. Ce qui profite donc, assez largement, aux pépites de la trempe du sixième choix de la dernière draft.

Le retour au terrain : Luka Doncic frôle le triple-double Côté vainqueur au Paycom Center d'OKC, la soirée a été doublement satisfaisante : en plus d'avoir équilibré leur bilan (18v-18d, 8e à l'Ouest), les Mavs ont enfin retrouvé leur maître à jouer Luka Doncic, absent depuis la mi-décembre. Un retour en douceur pour le Slovène (31 minutes), qui a tout de même manqué le triple-double pour un petit rebond (14 points à 6 sur 14, 9 rebonds, 10 passes mais 7 balles perdues). 10 Touché à une cheville puis par le Covid, Luka Doncic avait manqué les dix derniers matches de Dallas. En l'absence de son maestro, la franchise texane n'a pas sombré (5v-5d). « C'était dur, livrait l'ancien madrilène. La dernière fois que j'ai fait du cinq contre cinq, ça devait être il y a quatre semaines. C'était un feeling bizarre, mais je suis heureux d'être retour. J'avais la poitrine qui brûlait. Je pense que ça va revenir doucement. C'était particulier de prendre mes tirs, je ne savais s'ils allaient rentrer. Sur un tir je me suis dit ''il est super il va rentrer'', et c'était finalement un airball. » Doncic aura l'occasion d'ajuster un peu plus la mire dès lundi soir, avec un duel compliqué à négocier face aux Denver Nuggets.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles