Basket - NBA - Les Knicks maîtrisent les Hawks et gagnent enfin un match le jour de Noël

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

New York a remporté samedi face à Atlanta (101-87) son premier match de Noël depuis dix ans. Kemba Walker a réalisé un triple-double et Evan Fournier a inscrit 15 points, dont dix d'affilée en fin de première mi-temps. C'est presque un bonheur nouveau. Et pourtant, avec 54 matches de Noël au compteur, les Knicks sont des habitués de ces parties enguirlandées. Mais ces derniers temps, ils ont souvent eu les boules un 25 décembre, eux qui n'avaient plus gagné en ce jour festif depuis dix ans. Alors, cette victoire face aux Atlanta Hawks lors d'un « Christmas Game » fait un bien fou. D'abord, elle casse le vilain fil de l'histoire et leur offre enfin le cadeau au pied du sapin, après six défaites de suite à la Noël au Madison Square Garden. Ensuite, elle redonne quelques couleurs à une franchise qui n'a pas toujours fait montre d'inspiration collective depuis le début de la saison, mais qui a samedi pris un réel plaisir, sous les pas d'un Kemba Walker tout sourire et auteur d'un triple-double (10 pts, 10 rbds, 12 passes), qu'il a chassé pendant près de dix minutes, alors qu'il ne lui manquait plus qu'un rebond à capter. Ce qu'il fit à six minutes de la fin du match, pour le premier triple-double « de Noël » de l'histoire des Knicks ! Kemba Walker de retour aux affaires Cette belle histoire aura au moins eu le mérite de maintenir le Madison Square Garden en éveil. Car le match, lui, était plié depuis le début du dernier quart-temps. Avec huit joueurs sous protocole Covid et une rotation bien trop raccourcie, les Hawks de Nate MCMillan ont été valeureux une fois, deux fois. Hors champ d'entrée après une entame de match new-yorkaise pétaradante, derrière un Julius Randle bien mis (25 pts au final) et un 7 sur 7 aux tirs de bon aloi, dont un impeccable 5 sur 5 derrière l'arc, Atlanta était déjà relégué à 16 points en moins de cinq minutes (19-3) ! lire aussi Le film du match En abaissant le tempo, en trouvant Cam Reddish dans l'agressivité et Delon Wright de loin, la troupe de Nate McMillan revenait pourtant sur le chemin, mais Evan Fournier embrasait la fin de la première mi-temps, avec dix points de suite à 100 %, dans tous les costumes d'attaque (tirs primés, un contre un, flotteur) en moins de deux minutes ! Un coup de sang du Frenchie (15 pts, 5 rbds, 3 passes en 31 minutes) qui rappelait, là, ce qu'il pouvait faire balle en main et qui rejetait à nouveau Atlanta à dix points à la pause (61-51). Les Hawks ne reviendraient jamais vraiment. Un petit rapproché, certes, au coeur du troisième quart-temps, mais vite balayé par quelques flèches lointaines décochées par le shooteur compulsif de New York, Quentin Grimes, et l'affaire était dite. Une belle affaire pour les Knicks qui recollent aux mollets des Hawks à l'Est avec quinze succès. Un joli moment aussi pour Kemba Walker. Sorti de l'effectif durant près de trois semaines et dix matches fin novembre par coach Tom Thibodeau, peu satisfait de son All-Star, l'ancien Hornet semble être revenu avec un peu plus d'implication et d'altruisme. « Je suis d'ici, je suis de retour à la maison », concluait ainsi, dans un large sourire, le natif du Bronx.

lire aussi Toute l'actualité de la NBA

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles