Basket - NBA - Milwaukee reprend l'avantage en battant Atlanta sans Giannis Antetokounmpo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Malgré l'absence de son leader, Milwaukee n'est plus qu'à une victoire de la finale NBA (3-2) après avoir battu Atlanta, privé de son côté de Trae Young, à l'issue d'un cavalier seul, jeudi à domicile (123-112). Les Milwaukee Bucks touchent du doigt un retour en finale NBA quarante-sept ans après leur dernière présence à ce niveau dans le sillage des légendes Kareem Abdul-Jabbar et Oscar Robertson. L'équipe du Wisconsin n'a plus besoin que d'un succès, samedi à Atlanta ou lundi à domicile, pour rejoindre Phoenix, qualifié après avoir éliminé les Los Angeles Clippers (4-2). lire aussi Phoenix, malédiction vaincue Jeudi, le match 5 était le premier de la finale de la Conférence Est à être disputé sans les deux stars des deux franchises, Giannis Antetokounmpo (genou gauche) et Trae Young (pied droit). Milwaukee a mieux géré ce coup dur, compensant l'absence de son leader par un jeu collectif et propre (28 passes décisives et 8 balles perdues). « Jrue (Holiday) nous a très bien placés, nous a distribué les ballons en organisant le jeu, nos positions », a apprécié l'ailier Khris Middelton.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Quand l'un des meilleurs joueurs du monde n'est pas disponible, tu sais que c'est à nous, en tant que coéquipiers, d'élever notre niveau et de compenser autant que possible », a résumé Bobby Portis, qui a profité à plein de sa première titularisation en play-offs avec 22 points. Ce qui n'a fait de lui que le quatrième scoreur des Bucks derrière Brook Lopez (33 points), Middleton (26) et Holiday (25). lire aussi Les résultats des play-offs Ces quatre-là « sont tout simplement intelligents et savent jouer ensemble », a expliqué le coach Mike Budenholzer, qui avait insisté sur la nécessité d'être plus agressif d'entrée afin d'éviter les départs ratés des manches 3 et 4. Consigne reçue cinq sur cinq avec un écart de vingt points en faveur de Milwaukee dès le premier quart-temps (30-20, 10e), ce dont Atlanta ne s'est jamais remis. Bobby Portis « Milwaukee est une ville qui est passée par beaucoup de choses. Une ville de cols bleus qui aime les joueurs durs au mal. » Au mieux, les Hawks sont revenus à deux possessions juste après la mi-temps (65-59, 25e) grâce au Serbe Bogdan Bogdanovic (28 points). Mais l'écart est rapidement remonté à +14 (77-63, 29e) avec une activité intense de Portis et Lopez dans la raquette. « Je crois que ce public aime ceux qui sont prêts à travailler aussi dur que moi, s'est enorgueilli Portis. C'est une ville qui est passée par beaucoup de choses. Une ville de cols bleus qui aime les joueurs durs au mal. » Et les beaux succès.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles