Basket - NBA - La nuit des Frenchies : Embellie pour Frank Ntilikina, Evan Fournier et Rudy Gobert défaits en NBA

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Opposé au Magic d'Evan Fournier, le meneur des New York Knicks Frank Ntilikina, titulaire et vainqueur, a retrouvé des couleurs, tandis que le pivot du Jazz Rudy Gobert a connu une déconvenue à Washington. Il a logiquement hérité du dernier ballon, à dix secondes du buzzer. Après avoir inscrit douze points dans le money-time, dont un tir à 3 points qui avait ramené son équipe au contact des Knicks (93-94), le Français du Magic Evan Fournier avait l'opportunité d'offrir une rare victoire à Orlando. Mais sur le pick and roll décisif, Reggie Bullock surgissait et lui chipait le ballon.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Fournier a fini la tête dans les mains, Orlando, toujours décimé par les blessures - pas de Terrence Ross, Michael Carter-Williams, Cole Anthony jeudi soir, en plus des blessés longue durée Markelle Fultz et Jonathan Isaac -, avec une neuvième défaite de suite au compteur. Fournier a fini meilleur marqueur des siens (23 points à 9/21, 4 passes) malgré tout. Dans les rangs new-yorkais, après quelques matches sans saveur, un autre Frenchie, le meneur de jeu Frank Ntilikina, a retrouvé des couleurs, titulaire et productif dans la victoire obtenue grâce au triple-double de Julius Randle (18 points, 10 rebonds et 17 passes décisives, record en carrière). Le médaillé de bronze à la Coupe du monde 2019 a de son côté assuré 13 points à 4 sur 9 au tir (3 sur 7 à 3 points), 2 rebonds et 1 passe décisive en 27 minutes. Il s'est montré saignant en défense, et plus agressif que jamais en attaque.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Avec 21 victoires et 21 défaites, les Knicks restent en course pour les play-offs, sixièmes à l'Est. Orlando (13-27), est avant-dernier de sa conférence. lire aussi Le classement de la Conférence Est La mauvaise passe du Jazz La mauvaise passe du Utah se confirme avec une quatrième défaite en six rencontres, et une assise défensive, son habituel point fort, une nouvelle fois en difficulté (122-131). Mais à Washington, qui restait pourtant sur cinq défaites de rang, face à un duo bouillant, il n'y avait pas grand-chose à faire. Russell Westbrook (35 points, 15 rebonds et 13 passes décisives) et Bradley Beal (43 points) ont fait le show et porté les Wizards, qui avaient déjà pris le large à la pause (64-46). Les 42 points de Donovan Mitchell (16/30), en l'absence de Mike Conley, au repos, et surtout le grand soir derrière l'arc de Joe Ingles (34 points, 8 sur 10 à longue distance, record de franchise sur un match égalé) n'ont pas suffi. Rudy Gobert a de son côté totalisé 10 points, 13 rebonds et 2 contres, mais enregistré un triste 2 sur 10 aux lancers francs.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Avec 29 succès pour 11 revers, la franchise de Salt Lake City reste en tête du classement, mais voit recoller les LA Lakers (28-13), vainqueur jeudi des Charlotte Hornets (116-105). Les Phoenix Suns, eux deuxièmes, se sont fait surprendre (119-123) par les Minnesota Timberwolves, portés par Karl-Anthony Towns (41 points, 10 rebonds, 8 passes) et Anthony Edwards (42 points). lire aussi Le classement de la Conférence Ouest Maledon fidèle à lui-même Un quatrième Français était sur les parquets jeudi. En sortie de banc pour Oklahoma City, dans une rencontre sans suspense dominée par Atlanta en son antre (116-93, 23 points pour Bogdan Bogdanovic et Trae Young), Théo Maledon a assuré sa production habituelle, avec 10 points (4 sur 10, 2 sur 4 à 3 points), 2 rebonds et 5 passes en 22 minutes. 7 Depuis le limogeage de Lloyd Pierce, remplacé par Nate McMillan pour le moment dans un rôle d'intérimaire, les Hawks ne perdent plus. Ils viennent d'enchaîner sept victoires de suite, une première depuis quatre ans, qui leur permet de grimper à la cinquième place à l'Est lire aussi Quand des joueurs de NBA sont « prisonniers » du marché des transferts