Basket - NBA - Où et comment sont engagés les Français de NBA avant la reprise de la saison

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Entre changements de franchise à l'intersaison pour certains, recherche tardive d'une équipe ou confirmation au sein de leur club, petit point sur la situation des Français de NBA à moins de deux semaines de la reprise. Un match, 13 minutes jouées, une prestation honorable (11 points, 4 rebonds en 13 minutes) et puis plus rien. Le jeune ailier, Sekou Doumbouya (20 ans), n'a pas été conservé par les Brooklyn Nets alors qu'il n'a disputé qu'une seule rencontre avec la formation new-yorkaise, dimanche dernier, en pré-saison. Échangé avec Houston, il devrait également être « coupé » par la franchise texane. L'ancien du CSP Limoges pourrait ainsi se retrouver free agent, à 13 jours de la reprise NBA. Un sort bien différent des autres Français engagés outre-Atlantique.
Ils restent dans leur franchise Après une médaille d'argent aux JO contre les États-Unis, Rudy Gobert et Nicolas Batum retrouvent leur franchise NBA respective. En Utah, Rudy Gobert dispose de son contrat max qui l'emmènera jusqu'en 2025, de 35 millions à 43 millions de dollars la saison. Trois fois meilleur défenseur de la Ligue avec Utah, le Français visera le titre. Nicolas Batum, quant à lui, vit une seconde jeunesse depuis quelques mois. À Los Angeles, chez les Clippers, il a fait jouer sa player option, et est lié avec les Angelinos jusqu'en 2023. lire aussi Nicolas Batum : « J'ai envisagé de tout arrêter » Lancés avec brio dans le grand bain l'an passé, plusieurs Français vont jouer leur deuxième année au sein de la même franchise. Killian Hayes, à Detroit, dispose encore d'un an de contrat, et deux en team option (décision prise par l'équipe). Le joueur français le plus haut drafté de l'histoire (7e), ne devrait pas avoir de difficultés à obtenir une prolongation, voire rejoindre une équipe plus armée. Autre meneur en réussite en 2020-2021 pour son année rookie, Théo Maledon (Oklahoma City, 20 ans) a encore une année de contrat. Plus une non-garantie, et même une troisième et dernière au choix du Thunder. lire aussi Entretien avec Killian Hayes : « Quand tu te fais drafter, tu te vois mettre 20 points par match » Ils ont changé de franchise cet été Cet été, Evan Fourniera rejoint l'équipe de ses rêves, les New York Knicks. L'ailier y dispose d'un contrat de trois ans, jusqu'en 2024. Il devrait être au coeur du renouveau de la franchise.

Autre Français qui a changé d'air : Frank Ntilikina (23 ans). Le meneur international, également argenté à Tokyo, a posé ses bagages à Dallas, avec un an de contrat garanti, chez les Mavericks d'un certain Luka Doncic.
lire aussi Frank Ntilikina parie sur les Dallas Mavericks pour se relancer Enfin, Thimothé Luwawu-Cabarrot (26 ans), en provenance des Nets - où il a apporté à chaque fois qu'il a remplacé Kyrie Irving, Kevin Durant ou Joe Harris - a paraphé un an de contrat non-garanti à Atlanta.

OFFICIAL: We've signed Johnny Hamilton, A.J. Lawson, Timothe Luwawu-Cabarrot and Jahlil Okafor!

: https://t.co/S9kcVEgsuv pic.twitter.com/1TNv63gfOW

— Atlanta Hawks (@ATLHawks) September 22, 2021 Code Bloc ici?> Le « two way », la voie des rookies Amorcée en 2020-2021, la voie du « two way » s'est étendue chez les Français de NBA à l'aube de cette nouvelle saison. Ce type de contrat permet à la fois de jouer dans la grande Ligue et d'être affilié à une équipe de G-League - la ligue américaine mineure - pendant un an. Chaque équipe dispose de deux places de ce type. Et cette année, ils sont quatre Français en « two way » : Killian Tillie (23 ans, 2,06m) et Yves Pons (22 ans, 1,98m) à Memphis, Joël Ayayi (21 ans, 1,96m) chez les Lakers, et Petr Cornelie (26 ans, 2,11m) à Denver. Si le fils du sélectionneur de volley jouait déjà l'année dernière sous ce régime, les trois autres Français sont tous rookies en NBA. lire aussi Joël Ayayi, le petit prince français de Gonzaga en NCAA Son coéquipier Yves Pons tâchera d'imposer sa défense, même s'il n'a pas été drafté directement, après quatre ans dans l'université de Tennessee. L'ailier-fort Petr Cornelie, à 26 ans, découvrira ce double-monde avec les Grand Rapids Gold, franchise des Nuggets, cinq ans après sa draft en 2016. Joël Ayayi aura lui fort à faire avec les arrières des Lakers (Russell Westbrook, Rajon Rondo, Kendrick Nunn, Talen Horton-Tucker, LeBron James...). Mais excellent avec Gonzaga (finale en NCAA, 12 points de moyenne en saison), le meneur ou arrière tentera d'atteindre les 50 apparitions NBA maximum permises par le contrat « two way ». Pour conclure ce tour des contrats des Français en NBA, reste le cas particulier de Juhann Begarin : drafté par les Boston Celtics, le jeune joueur de 19 ans (1,96m) a été envoyé dans son club du Paris Basketball, promu avec l'arrière en Betclic Élite cet été. lire aussi Juhann Begarin : « La Draft, ce n'est que le début »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles