Basket - NBA - Portland frappe d'entrée à Denver au 1er tour des play-offs

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec un Damian Lillard des grands soirs, auteur de 34 points, les Blazers ont puni Denver sur son parquet samedi soir (109-123) et confirmé que cette série était très loin d'être jouée. On pressentait que cette série pouvait se nourrir de rebondissements et soubresauts, cela n'a pas manqué dès le premier match, avec le succès totalement mérité des Blazers de Portland dans le Colorado (123-109). La recette est connue, mais elle a fait encore quelques ravages dans la nuit de samedi à dimanche, avec comme ingrédient principal le match joliment épicé du fidèle All-Star de l'Oregon, Damian Lillard, auteur de 34 points et 13 passes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Bien mis par son meneur prodige, c'est tout Portland qui a pris le bon sillage. Une voie tant de fois expérimentée par Terry Stotts et ses shooteurs de velours, qui ont puni Denver derrière l'arc avec un réalisme froid et une orchestration au cordeau. En rentrant 19 tirs primés sur 40, Portland a mis au supplice la franchise des Rocheuses, à la réputation défensive déjà douteuse. « J'en avais parlé tout au long de la semaine. Allons-nous pouvoir garder la ligne à trois points ? Il y a eu trop de moments d'absence », se lamentait le coach des Nuggets, Michael Malone, à la sortie. lire aussi Le tableau des play-offs Denver sous l'ultra dépendance de Nikola Jokic Même l'ancien enfant chéri de la maison, Carmelo Anthony, drafté par Denver il y a dix-huit ans, n'a guère eu de compassion, inscrivant dix-huit points (dont 4 sur 8 à 3 pts) en parfait booster sorti du banc, sous les huées régulières des presque 8 000 spectateurs, pour signer son premier succès dans le Colorado depuis son départ des Nuggets il y a dix ans ! « C'était le bon moment pour que ça arrive », souriait-il à la sortie.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour Denver, la chute est rude, même si elle n'est finalement pas totalement surprenante. En perdant pour le compte leur meneur canadien, Jamal Murray (rupture du ligament croisé), il y a un peu plus d'un mois, les Nuggets se retrouvent aujourd'hui dans le dur, orphelins de leur chef d'orchestre et facilitateur de jeu sur pick-and-roll, et plus encore dépendant du, peut-être, futur MVP Nikola Jokic. Samedi soir, le pivot serbe fut une nouvelle fois monumental (34 pts, 16 rbds), mais il ne pourra pas porter sur ses épaules massives tous les espoirs du dernier finaliste de conférence. « Je n'ai pas pu impliquer les autres gars comme je l'aurais voulu », regrettait Jokic.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Même si l'ailier Michael Porter Jr s'est bien démené (25 pts), Denver doit absolument soulager un peu plus encore son pivot omnipotent, mais surtout resserrer les lignes extérieures défensivement, sous peine d'une grosse désillusion pour le Top 3 de la saison régulière à l'Ouest. lire aussi Le calendrier de la série lire aussi Podcast « Step back » : à la recherche du meilleur joueur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles