Basket - NBA - Portland s'accroche aux play-offs, Stephen Curry sauve Golden State

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Portland, vainqueur de Houston, peut encore espérer disputer directement les play-offs. Dans la course au play-in, avantage Golden State à l'Ouest, et Indiana à l'Est. Vainqueur des Houston Rockets (140-129), Portland s'est appuyé quasi exclusivement sur son cinq majeur, le banc n'apportant que 22 points (dont 11 pour Derrick Jones Jr.). Damian Lillard (34 points à 6/11 au tir primé, 9 rebonds, 6 passes), Norman Powell et CJ McCollum (28 points chacun), mais aussi Jusuk Nurkic (22 points) se sont partagé les responsabilités. Les Trail Blazers, talonnés par les Lakers, joueront leur place en play-offs à Utah et Phoenix. lire aussi Classement de la conférence Ouest Curry porte Golden State Huitième de la conférence Ouest, Golden State peut remercier Stephen Curry. Le meneur des Warriors s'est montré décisif lors de la victoire de son équipe face à Utah (119-116), alors que le Jazz était parvenu à remonter un handicap de 14 points à l'entame du dernier quart-temps (89-75) et revenait à égalité (112-112) à 1'47'' du buzzer. Un panier à trois points et deux lancers francs de Curry (36 points au total) ont permis à Golden State de remporter une 36e victoire et de laisser Memphis derrière, à la 9e place.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Rudy Gobert a réalisé 16 rebonds pour le Jazz, dont 12 défensifs (10 points), tandis que Jordan Clarkson inscrivait 41 points. Sabonis donne de l'air à Indiana La victoire à Cleveland (111-102) donne de l'air à Indiana. Alors qu'ils avaient perdu cinq de leurs sept dernières rencontres, les Pacers ont quasiment assuré - face, il est vrai, à des Cavaliers qui ne jouent plus rien et privés de Kevin Love et Darius Garland - leur billet pour le play-in, en prenant la 9e place de la Conférence Est à Washington, battu à Atlanta. Domantas Sabonis, auteur de 21 points, 20 rebonds et 9 passes à Cleveland, et ses partenaires peuvent même encore espérer atteindre la 8e place, et éviter le match couperet du duel 9e-10e.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

lire aussi Classement de la conférence Est Memphis assure le play-in Autre rencontre comptant pour la course au play-in, cette fois à l'Ouest, l'affrontement entre Memphis et New Orleans a vu la victoire des Grizzlies (115-110). Pour Memphis, c'est une deuxième victoire de rang - pour la première fois depuis trois semaines -, l'assurance de disputer le play-in et l'espoir de ravir la 8e place à Golden State, qui ne compte qu'une victoire d'avance (36, contre 35 pour les Grizzlies). Dillon Brooks a inscrit 23 points pour Memphis, Jonas Valanciunas 20 (11 rebonds, 5 contres). Le Français Killian Tillie n'a pas joué. Les Pelicans, privés de Zion Williamson (fracture d'un doigt) et Brandon Ingram, ont pu compter sur les 18 points de Nickeil Alexander-Walker et 15 de Willy Hernangomez, mais restent 11e à l'Ouest, à deux victoires de San Antonio. lire aussi Calendrier/Résultats Une « bonne soirée » pour les Spurs Les Spurs, justement, ont engrangé une précieuse victoire face à Milwaukee (146-125), pour conforter leur 10e place à l'Ouest. Dix jours après leur humiliante défaite à Boston, les partenaires de DeMar DeRozan (23 points) ont pris la main dès la première mi-temps, menant 87-64 à la pause. « Ce fut une bonne soirée contre un gros calibre du Championnat, bien entraîné, a déclaré Gregg Popovich, le coach des Spurs. Nous devons être contents, mais pas trop satisfaits, car nous avons toujours une bataille à mener. » Une référence à cette course au play-in, San Antonio pouvant encore être éliminé par New Orleans comme prendre la 9e place à Memphis. Les Bucks, emmenés par Giannis Antetokounmpo (28 points), restent à la 3e place. lire aussi Podcast « Step back » : Y a-t-il encore des big men en NBA ?