Basket - NBA - Rudy Gobert et le Jazz sans l'avantage du terrain au premier tour des play-offs

L'Equipe.fr
Utah a fait ce qu'il fallait en gagnant son dernier match de saison régulière mercredi soir mais les Los Angeles Clippers ont fait de même et auront l'avantage du terrain face à eux au premier tour.

Utah a fait ce qu'il fallait en gagnant son dernier match de saison régulière mercredi soir mais les Los Angeles Clippers ont fait de même et auront l'avantage du terrain face à eux au premier tour.C'était le 14 février à Salt Lake City. Les joueurs du Jazz avaient laissé leur énergie au vestiaire et reçu une leçon des mains des Clippers (88-72). «J'ai senti qu'ils en voulaient plus que nous. Pourtant, il faut savoir que c'est le genre de match qui peut laisser des regrets en fin de saison», notait alors Rudy Gobert.Le tableau des play-offsEn plein dans le mille ! Ces deux équipes vont se retrouver au premier tour des play-offs après avoir totalisé le même nombre de victoires en saison régulière (50). Sauf que ce seront les Californiens qui auront l'avantage du parquet grâce à un meilleur bilan dans les duels particuliers (trois victoires à une). D'où une certaine méthode Coué dans le vestiaire du Jazz ce mercredi, à l'issue d'une dernière victoire sur San Antonio, venu au complet dans l'Utah (101-97).L'avantage du parquet ? «Ça ne compte pas», a rétorqué George Hill, le meneur expérimenté du Jazz. Mouais... Retrouver les play-offs pour la première fois depuis cinq ans, une «postseason» où le Jazz reste sur huit défaites de rang, en débutant par deux matches à L.A., samedi et mardi soir, il y a plus engageant. D'autant que les affrontements entre les deux équipes sont sovuent virils. «Ce sera physique, parfois même un peu truqueur», a prévenu Rudy Gobert.Pour éviter cela, il fallait déjà que le Jazz batte les Spurs mercredi. Tache dont ils se sont donc acquittés en passant un 5-0 dans les 85 derniers secondes, quand ne gambadaient plus que des joueurs du bout du banc. «Quin (Snyder, le coach d'Utah) et moi avont fait globalement la même chose : donner pas mal de minutes à nos joueurs majeurs afin de les préparer pour la suite et mettre les jeunes sur le terrain à la fin», a résumé Gregg Popovich.Mais il fallait aussi que les Clippers - qui restaient sur six victoires - perdent dans le même temps chez eux face à Sacramento. Peu probable. D'ailleurs, les Kings s'en sont pris vingt au Staple Center (115-95). Ce qui leur permet de signer une cinquième saison de suite à au moins cinquante victoires. Seuls les Spurs font mieux. Au Jazz de retourner désormais cette dynamique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages