Basket - NBA - Sam Smith accuse Michael Jordan d'avoir souvent menti dans « The Last Dance »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

« The Last Dance » est un succès monumental et a encore renforcé la légende de Michael Jordan. Sam Smith, auteur du livre « The Jordan Rules », estime que ce dernier a souvent menti dans ce documentaire dédié à sa vision des choses. « The Last Dance », la série documentaire disponible sur Netflix qui retrace la dernière année de Michael Jordan chez les Chicago Bulls, a fait parler bien avant sa diffusion. Elle a été un énorme succès d'audience qui a bien relancé, s'il était besoin, la légende Jordan. Et elle continue de faire parler. Entièrement tournée autour de Michael Jordan, « The Last Dance » propose essentiellement la vision des événements selon le spectre et les souvenirs de « His Airness ». De quoi en faire bondir certains tels que Scottie Pippen ou Horace Grant. Dernièrement c'est le journaliste Sam Smith, que l'on retrouve dans « The Last Dance », qui monte au créneau chez CBS. « C'est comme quand vous allez voir un film qui est inspiré d'une histoire réelle. Là, c'est pareil. C'est inspiré d'une histoire réelle, mais ce n'est pas l'histoire. » « The Last Dance » met la NBA en émoi Grand connaisseur des Bulls et de Jordan, Smith a écrit le livre The Jordan Rules qui écornait quelque peu l'image parfaite de ce dernier en le décrivant comme tyrannique envers ses coéquipiers. Et il a bondi devant certains passages du show. « J'y étais, je sais ce qui s'est passé et il y a beaucoup de choses qu'il a inventées, des mensonges. Certains ne sont pas importants, mais d'autres sont flagrants. » Smith évoque notamment le fait que Jordan aurait souhaité continuer une année de plus pour aller chercher un septième titre NBA, mais que les propriétaires de la franchise en avaient décidé autrement et avaient choisi de reconstruire l'équipe, le forçant à prendre sa retraite. Smith rappelle que le départ de Phil Jackson, le coach d'alors, était connu depuis longtemps puisqu'il avait lui même demandé à prendre un congé sabbatique après cette fameuse saison 1997-1998. Jerry Reinsdorf, propriétaire des Bulls, aurait alors eu un rendez-vous avec Jordan juste avant le lock-out qui allait raccourcir la saison. Il aurait tenté de convaincre Jordan de prendre son temps et de ne pas décider tout de suite d'arrêter sa carrière. Jordan se livre comme jamais Ce à quoi la star lui aurait répondu qu'il en avait assez de porter l'équipe à bout de bras. « Pippen n'a pas pu jouer le sixième match de la finale car il est blessé au dos. Il boite. Dennis (Rodman) est fou. Je ne veux plus être avec ces gars ». Reinsdorf avait fait remarquer qu'avec Kukoc, Harper ou l'arrivée de Brent Barry, l'équipe aurait encore fière allure, cela n'a pas été suffisant pour retenir Jordan. « Et il dit qu'ils l'ont poussé à partir. Mais qui a jamais forcé Michael Jordan à faire quoi que ce soit ? Bref, un mensonge flagrant », confie Smith. Le journaliste explique également que le soi-disant empoisonnement à la pizza lors de la finale 1997 serait « une absurdité totale ». Encore un arrangement avec la réalité, peut-être, mais diablement efficace en termes de storytelling.