Basket - NBA - Les San Antonio Spurs s'imposent à domicile face aux New York Knicks, Tony Parker K.-O.

L'Equipe.fr
Sans forcément briller, les San Antonio Spurs se sont imposés à domicile face aux New York Knicks (106-98) afin de rester au contact des Golden State Warriors, leaders à l'Ouest. Deux victoires séparent les Californiens et leur dauphin.

Sans forcément briller, les San Antonio Spurs se sont imposés à domicile face aux New York Knicks (106-98) afin de rester au contact des Golden State Warriors, leaders à l'Ouest. Deux victoires séparent les Californiens et leur dauphin.À l'orée d'une série de matches qui va déterminer la capacité des San Antonio Spurs à rivaliser avec de nombreux prétendants au titre de champion, fussent-ils favoris ou simples outsiders, les Texans se sont appliqués à maîtriser les New York Knicks samedi soir sur leur parquet (106-98). Un match sans véritable éclat, mais dont les Texans ont su gérer la plupart des aspects pour prendre les commandes en début de match et ne plus les lâcher.Popovich n'a pas besoin de motiver ses troupesDéstabilisés par l'hyperactivité du pivot Willy Hernangomez (24 pts, 13 rbds) et le bon match de Derrick Rose (24 pts, 5 rbds, 5 pds), les hommes de Gregg Popovich s'en sont remis à leur trois options offensives prioritaire pour garder la main. Kawhi Leonard a terminé meilleur marqueur du match (29 pts, 5 rbds, 5 pds), bien aidé par LaMarcus Aldridge (19 pts, 10 rbds) et Pau Gasol en sortie de banc (19 pts, 10 rbds). Le meneur remplaçant Patty Mills (10 pts, 7 pds) s'est montré précieux sur la fin de match avec deux tirs primés qui ont stoppé la tentative de comeback des visiteurs.Interrogé par un journaliste sur la nécessité de motiver ses joueurs sur une fin de saison sans pression pour les Spurs puisque déjà qualifiés pour les play-offs, Gregg Popovich a sèchement répondu : «Je n'ai jamais eu à dire à quelqu'un "Hé, il faut te lever ce soir, on a un match". Je n'ai jamais fait ça en 20 ans. Pourquoi je ferais ça ?» Le journaliste lui a alors rétorqué : «S'ils s'ennuient ?» Réponse aussi cinglante : «Alors je ferais jouer quelqu'un d'autre. Si j'avais des joueurs qui s'ennuyaient, alors nous n'aurions que 10 victoires. Pourquoi conserveriez-vous quelqu'un dans votre équipe qui puisse s'ennuyer ? Ils sont payés des millions et ils s'ennuieraient ?»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages