Basket - NBA - Suns - Chris Paul après la victoire des Suns lors du match 2 de la finale NBA : « Je sais à quelle vitesse les choses peuvent changer »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Même si les Phoenix Suns mènent 2-0 en finale NBA, leur meneur Chris Paul ne souhaite pas s'enflammer avant le match 3 dimanche à Milwaukee. Chris Paul (meneur des Phoenix Suns, qui mènent 2-0 en finale NBA après leur victoire lors du match 2) : « J'arrive plutôt bien à rester concentré sur le moment. Beaucoup de gars dans notre équipe disputent leurs premiers play-offs. Ils ne connaissent pas trop les douleurs et les coups durs. Ils jouent, tout simplement. Moi, je sais à quelle vitesse les choses peuvent changer. Comment une seule possession peut changer la dynamique de toute une série. Alors je ne monte pas trop haut, je ne descends pas trop bas.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Devin (Booker) ? Il s'est entraîné toute sa vie pour ces moments alors quand il tire, je m'attends à ce que ça rentre. Je suis en colère contre lui quand il ne shoote pas. Il a déjà marqué 70 points (le 24 mars 2017 contre Boston). On ne fait pas ça en étant timide. Il travaille dur. C'est ce que beaucoup de gens ne voient pas. Vous voyez les matches mais pas tous les tirs après l'entraînement et ces choses-là. Il est fait pour tout ça. C'est quelque chose que j'ai vu avant de venir à Phoenix et c'est plaisant d'être dans cette équipe. » Devin Booker (Phoenix Suns). «Je ne me sens pas fatigué du tout. Il y a l'adrénaline. Je me prépare, je prends soin de mon corps. Devin Booker (arrière des Phoenix Suns) : « Je l'ai dit avant les séries, je suis excité. Honnêtement, je le suis tous les matins parce que j'ai la chance de jouer en NBA, la Ligue que je regarde depuis que je suis gamin. J'essaie de ne pas le perdre de vue. J'ai dû ralentir un peu en début de match. Je forçais un peu trop mes tirs. Je suis revenu aux fondamentaux. Je ne me sens pas fatigué du tout. Il y a l'adrénaline. Je me prépare, je prends soin de mon corps. Et puis, je suis jeune (24 ans). » lire aussi Le tableau des play-offs Monty Williams (entraîneur des Phoenix Suns) : « On doit approcher chaque match avec l'énergie du désespoir, sans tenir compte du résultat de la série. Notre mentalité, c'est de jouer chaque match comme si on sortait d'une défaite. Ça nous a servis pendant les play-offs et on sait que quand on joue sans la force nécessaire pour gagner, on n'est pas aussi bons qu'on peut l'être. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles