Basket - NBA - Suns - La NBA enquête sur des allégations de racisme et misogynie visant le propriétaire des Suns

·2 min de lecture

La NBA a annoncé l'ouverture d'une enquête sur des allégations de racisme, sexisme, misogynie visant Robert Sarver, propriétaire des Phoenix Suns. Une enquête visant Robert Sarver, propriétaire des Phoenix Suns, a été ouverte par la NBA sur des allégations de racisme, sexisme et misogynie. Il est également pointé pour avoir créé un environnement de travail toxique, dans une enquête d'ESPN parue jeudi, que l'intéressé nie en bloc. « Les allégations contenues dans l'article d'ESPN sont extrêmement graves, et nous avons demandé au cabinet d'avocats Wachtell Lipton de lancer une enquête approfondie », a indiqué l'instance, peu après la parution de cet article sur le site internet du géant des médias sportifs américains. « Une fois l'enquête terminée, ses conclusions permettront à la Ligue de mener d'éventuelles actions », a-t-elle conclu. Une enquête accablante pour Sarver Il y a trois semaines, Sarver avait réagi avant l'heure, en fustigeant « des mensonges, des insinuations et un faux récit ». Dans cette enquête, qui remonte à l'arrivée du dirigeant à la tête de la franchise en 2004, les allégations sont nombreuses et ont été formulées par plus de 70 employés anciens et actuels des Suns, la très grande majorité sous couvert d'anonymat. Earl Watson, qui fut l'entraîneur de l'équipe entre 2015 et 2017, licencié au tout début de sa troisième saison, est un des rares à ouvertement dénoncer le comportement de Sarver, affirmant que ce dernier a utilisé le mot à caractère raciste « nigger » (équivalent de « négro » en Français), un soir de 2016 après un match et qu'il l'a plusieurs fois enjoint à « ne pas dire ça ». Le langage raciste présumé de Sarver à d'autres reprises est dénoncé de nombreuses fois dans l'article. Des comportements misogynes aussi. Il aurait ainsi fait circuler une photo de sa femme en bikini aux employés du club et aurait plusieurs fois parlé lors de réunions de leur intimité sexuelle. Le propriétaire défendu « Le niveau de misogynie et de racisme dépasse les bornes », a confié à ESPN un des actuels copropriétaires des Suns. Le directeur général des Suns, James Jones, et le président Jason Rowley, ont eux défendu leur propriétaire, déclarant que l'histoire était « totalement scandaleuse et fausse » et que Sarver « n'est ni raciste ni sexiste ». Sarver a réitéré jeudi « être choqué par la fausse enquête » d'ESPN. « Le mot ''nigger'' n'a jamais fait partie de mon vocabulaire. Je n'utilise pas ce mot. Il est odieux, laid, dénigrant et contraire à tout ce en quoi je crois. La façon dont je mène ma vie personnelle et professionnelle le montre clairement. »

lire aussi Toute l'actu de la NBA

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles