Basket - NBA - Toni Kukoc déçu par les réactions après la diffusion du documentaire « The Last Dance »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les premiers épisodes de « The Last Dance » sur les Chicago Bulls ont montré les tensions qui existaient au sein de l'équipe. Toni Kukoc, une des stars des Bulls de l'époque, regrette qu'on n'ait retenu que cela. Depuis le 20 avril, le documentaire en dix épisodes « The Last Dance », consacré à la magnifique génération des Chicago Bulls de l'ère Michael Jordan, est diffusé sur Netflix. Les deux premiers épisodes ont été dévoilés pour le moment... et ont entraîné beaucoup de réactions. On y a en effet découvert l'envers du décor au sein des Bulls, les tensions qui pouvaient y exister, notamment celles entre Jerry Krause, le manager général, et Phil Jackson, l'entraîneur. Depuis, certains des acteurs de ce docu-série ont réagi pour se justifier, et cela a déçu Toni Kukoc, une des stars des Bulls de l'époque, qui a regretté qu'on ne parle que des problèmes qui existaient, et non du talent qu'il y avait au sein de cette équipe. Toni Kukoc « J'espère que les autres épisodes sont plus reluisants » « On parle de personnes qui ont gagné six titres en huit ans, et on essaie de trouver la petite bête, a commenté le joueur croate, interrogé par NBC Sports. [...] J'espère que les autres épisodes sont plus reluisants, et qu'on y célébrera davantage le basket plutôt que de savoir qui est coupable, ou qui il faut accuser, et pourquoi ils n'ont pas gagné huit ou dix titres. Le monde était tellement heureux quand c'est arrivé, et je ne comprends pas pourquoi les gens sont aussi en colère. [...] J'adore ce qu'on faisait à l'entraînement, les moments en déplacement. Cette équipe se donnait tellement à fond, et tout le monde était si impliqué et dévoué. » « The Last Dance » : Michael Jordan se livre comme jamais Toni Kukoc a confié qu'il avait découvert, à travers « The Last Dance », le conflit qui existait entre Jerry Krause et Phil Jackson. « Peut-être que j'étais ignare, a-t-il déclaré. [...] On savait qu'il se passait des trucs, mais quand vous vous entraînez toute la journée, que vous rentrez chez vous et que vous avez à gérer vos propres affaires, vous ne prêtez pas trop attention à tout ça. En plus, Phil créait toujours une sorte de bulle où les joueurs étaient mis de côté. On savait que Michael ne serait pas là si c'était un autre coach. Que Scottie ne serait pas là. [...] Aujourd'hui, j'apprends que certaines relations avaient atteint le point de non-retour. C'est la partie triste de tout ça, mais ce parcours était énorme. » Toni Kukoc prenant la défense de Jerry Krause « Nommez-moi cinq autres personnes qui ont réussi ça, dans n'importe quel autre sport » Kukoc a, lui, décidé de prendre la défense de Jerry Krause, l'homme qui l'a fait venir aux Chicago Bulls en 1993. « Les trois années où il m'a suivi et encouragé à venir aux Bulls, son discours était centré sur les autres, dit-il. Il me disait que le coach était incroyable, que les vétérans, John Paxson et Bill Cartwright, étaient géniaux, que Jordan et Pippen étaient des athlètes fantastiques. Il était heureux de parler de cette équipe. Jamais il ne se mettait en avant, en disant qu'il avait construit cette équipe, ou fait ci ou ça. Il ne parlait que de la franchise. » « The Last Dance » : une leçon d'histoire et de business « Les gens, qui n'étaient pas là, disent que son ego a tout détruit, qu'il a cassé cette dynastie, a ajouté Toni Kukoc. Non seulement ils ne voient pas ce qu'il a réalisé, mais en plus, ils lui mettent tout sur le dos. Il n'est plus là et ne peut pas se défendre (Jerry Krause est mort en mars 2017 à 77 ans), même si je pense qu'il n'y a rien à défendre. Il est le GM (general manager) d'une équipe six fois championne. Nommez-moi cinq autres personnes qui ont réussi ça, dans n'importe quel autre sport. » Toute l'actu de la NBA

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi