Basket - NBA - Le Top 5 des plus gros écarts dans l'histoire de la NBA

·5 min de lecture

Jeudi soir, le match entre les Memphis Grizzlies et l'Oklahoma City Thunder s'est conclu sur le plus gros écart de l'histoire de la NBA (152-79). Voici le Top 5 de la ligue américaine en la matière. Tous les records sont faits pour être battus, certains ne devraient pas l'être, question d'image. Jeudi soir, les débats entre les Memphis Grizzlies et l'Oklahoma City Thunder ont tourné très court, et débouché sur la plus grosse victoire (ou défaite c'est selon), de l'histoire de la NBA : 73 points d'écart (152-79). Une entrée fracassante dans le Top 5 (ou plutôt 6 en raison d'une égalité) des plus gros écarts de l'histoire, dont toutes les autres références dataient du millénaire dernier. 73 points Memphis Grizzlies - Oklahoma City Thunder (2021) : 152-79 Mark Daigneault, entraîneur de l'Oklahoma City Thunder, souhaite que l'on ne résume pas son équipe à un simulacre de basket, cela risque d'être compliqué. Car ce n'est pas comme si OKC en était à son coup d'essai : la saison dernière, la franchise du Midwest avait concédé une défaite de 57 points, laissant déjà transparaître le manque de volonté d'être compétitif tous les soirs. Le tanking process (*), ou la reconstruction (au choix) a ses limites et accouche parfois de matches insipides. Voilà désormais le Thunder détenteur d'un record peu glorieux. lire aussi Triste record pour le Thunder À l'opposé, les Memphis Grizzlies auront eu le mérite de ne jamais lever le pied, partageant les temps de jeu et le plaisir sur le parquet, record de points pour la franchise à la clé. « C'est génial de marquer les livres d'histoire, surtout à domicile, exultait De'Anthony Melton. Et nous y sommes arrivés à quinze. Tout le monde a contribué (dont le Français Killian Tillie, 6 points en 15 minutes), tout le monde a joué dur. » Dans l'état d'esprit et la réalisation, il y avait bien deux mondes d'écart. (*) stratégie consistant à ne pas gagner trop de matches afin de finir bien placé lors de la Draft, les équipes les moins bien classées étant les premières servies. 68 points Cleveland Cavaliers - Miami Heat (1991) : 148-80 « Je ne sais pas à quoi nous avons joué, mais ce n'était pas du basket. » Dans un élan de lucidité, Glen Rice, qui vit alors sa deuxième saison NBA avec le Miami Heat, fustige la sortie des siens sur le parquet des Cleveland Cavaliers. Les 68 points concédés dans l'Ohio constituent alors le nouveau record de la Ligue, qui n'avait plus bougé depuis près de 20 ans (1972). Côté Cavs, le remplaçant John Battle (18 points) mène les débats en sortie d'un banc prolifique (76 points) alors que figuraient dans l'équipe quelques joueurs bien connus : Steve Kerr (5 points) ou encore Larry Nance (9 points) et Mark Price (18 points, 11 passes). lire aussi Les stats de la saison 2021-2022 65 points Indiana Pacers - Portland Trail Blazers (1998) : 124-59 Le 27 février 1998, c'est soir de première à Indianapolis : pour la première fois dans l'histoire de la NBA, une équipe va inscrire plus du double de points que son adversaire. Chez les Pacers, les Portland Trail Blazers, qui à l'issue de la saison participeront à leurs seizièmes phases finales consécutives, sont incapables de s'exprimer. 59 points marqués seulement, dont 38 par le trio formé par Rasheed Wallace (14 points), Walt Williams (13) et Isaiah Rider (11). En face, la réussite est collective (8 joueurs à 10 points ou plus) pour l'équipe menée par Mark Jackson (18 points), Reggie Miller (11 points) ou encore Rik Smits (12 points, 12 rebonds). « Je ne pensais pas que nous pourrions tenir une équipe NBA à moins de 60 points », appréciera ensuite Miller. 63 points Los Angeles Lakers - Golden State Warriors (1972) : 162-99 Au coeur d'une saison qu'ils finiront en champion NBA, pour la sixième fois de leur histoire et après dix-huit ans d'attente, les Los Angeles Lakers vont signer deux immenses performances. La première, une série de 33 victoires consécutives, record toujours valable en NBA et récemment rappelé alors que les Phoenix Suns brillent depuis quelques semaines (18 victoires consécutives, série en cours). lire aussi Les cinq plus longues séries de victoires en NBA La seconde fut ce très large succès obtenu contre les Golden State Warriors, à domicile (162-99) avec, pourtant, un crève-coeur au final : Jim Cleamons, malgré trois tirs tentés, n'avait pas réussi à faire en sorte que tous les Angelins marquent. Wilt Chamberlain, alors leader de la franchise avec Jerry West, avait été plutôt discret (10 points, 10 rebonds, 6 passes). Le meneur avait signé un double-double (17 points, 13 passes) tandis que Gail Goodrich, autre incontournable de l'effectif, s'était fendu de 30 points. 62 points Golden State Warriors - Sacramento Kings (1991) : 153-91 En un quart-temps (48-18), les Golden State Warriors ont éteint leurs rivaux californiens, et ainsi transformé un match de début de saison régulière en farce. D'ailleurs, ce non-match des Kings reste leur plus grosse défaite jamais concédée à ce jour. À la mi-temps, l'écart frisait le ridicule (88-41) mais ce qui constituait alors un record en matière d'écart à mi-chemin a été battu l'année dernière : les Dallas Mavericks avaient humilié les Los Angeles Clippers en 24 minutes : 77-27. Pour la petite histoire, la veille de la rencontre entre Warriors et Kings, Mitch Richmond (23,9 points de moyenne cette saison-là) - membre du Run TMC avec Tim Hardaway et Chris Mullin - avait été transféré de Golden State à... Sacramento (en échange de Bill Owens), et n'avait pas été aligné pour le match. lire aussi Le palmarès de la NBA Syracuse Nationals - New York Knicks (1960) : 162-100 La NBA est encore adolescente (créée en 1946), et les feuilles de statistiques tenues à la main. D'ailleurs, seuls les points, paniers marqués, lancers francs marqués et tentés ou encore les fautes sont répertoriés. Sur le parquet des New York Knicks, soir de Noël, l'heure est aux cadeaux pour les Syracuse Nationals, qui deviendront plus tard les Philadelphia Sixers d'aujourd'hui. Neuf des dix joueurs inscrits sur la feuille de match des visiteurs marquent au moins 11 points. Le dixième, Swede Halbrook, échoue à une unité (9) mais est crédité de 13 rebonds. Hal Greer et Dave Gambee se régalent (24 points chacun) pendant que côté Knicks, Jim Palmer et Willie Naulls (21 points chacun) ne sauvent pas les leurs du naufrage.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles