Basket - NCAA - Joël Ayayi et Gonzaga battus en finale NCAA

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le Français Joël Ayayi et son équipe des Gonzaga Bulldogs, invaincus cette saison, ont été largement battus en finale du tournoi universitaire (NCAA) par les Baylor Bears (86-70). Il n'a fallu que quatre petites minutes pour plier le sort de la finale du tournoi NCAA, disputée à Indianapolis (Indiana), largement remportée par les Baylor Bears face aux Gonzaga Bulldogs (86-70), laissant à ces derniers un immense goût d'inachevé puisqu'ils avaient atteint ce stade de la compétition sans concéder la moindre défaite (31 victoires). 70 Gonzaga n'avait jamais marqué aussi peu de points (70) dans un match cette saison. L'équipe tournait à 91,6 points marqués de moyenne. Lundi soir, le Français Joël Ayayi (8 points, 2 rebonds, 1 passe en 31 minutes) et Gonzaga n'ont jamais été en mesure de croire au titre, pas plus qu'au rêve de devenir le premier champion invaincu depuis 1976 et Indiana. Un 11-1 cinglant encaissé dès l'entame de match a envoyé l'université de la ville de Spokane (État de Washington) dans les cordes, et elle ne s'est jamais remise de ce départ manqué. Un premier titre pour les Texans Jalen Suggs (22 points), star des Bulldogs qui a assisté au sacre de ses adversaires en larmes, a parfaitement incarné cette mise en route laborieuse en manquant son premier tir, à trois points, puis en écopant de deux fautes trop rapidement. Son shoot de la gagne, en prolongation de la demi-finale remportée sur le fil face à UCLA (93-90, a.p.) ne semblait être qu'un lointain souvenir.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Maladroits à longue distance (5 sur 17, 29,4 %), outrageusement dominés au rebond (22-38), les « Zags » ont ainsi vu Baylor et Jared Butler (22 points) conserver leur ascendant de bout en bout, laissant leur victime revenir à 9 points à 14 minutes du terme (58-49). Puis, un nouveau coup d'accélérateur a vu l'écart grandir à vingt unités (73-53) pour envoyer les Texans vers le premier titre universitaire de leur histoire, après une finale perdue en 1948.