Basket - NCAA - North Carolina brise le rêve de Killian Tillie

L'Equipe.fr
Gonzaga, l'équipe de Killian Tillie, a craqué dans la dernière minute de la finale universitaire américaine face à North Carolina, titré pour la sixième fois, lundi à Phoenix (71-65).

Gonzaga, l'équipe de Killian Tillie, a craqué dans la dernière minute de la finale universitaire américaine face à North Carolina, titré pour la sixième fois, lundi à Phoenix (71-65).La finale en imagesIl n'a manqué que quelques dizaines de secondes à Gonzaga pour aller au bout de sa formidable aventure. Cette université issue d'une conférence de second rang, qui n'avait encore jamais disputé de Final 4, a été en position de remporter l'un des trophées les plus prestigieux du sport US jusqu'à la dernière minute de la finale. Mais cette fois, alors qu'ils avaient maîtrisé le money time lors d'une demi-finale déjà tendue face à South Carolina (77-73), leur trente-septième victoire en trente-huit matches, les Zags ont fini par perdre le nord.North Carolina a emporté la décision en passant un 7-0 dans les cent dernières secondes. La plus mauvaise décision de la saison de Gonzaga a sans doute été celle de son leader, le meneur Nigel Williams-Goss, qui venait de se tordre la cheville, de tenter une pénétration impossible à une vingtaine de secondes de la fin, alors que son équipe n'avait qu'une possession de retard (voir le tweet ci-dessous). UNC a pris le rebond défensif et a tué le suspense dans la foulée par Justin Jackson sur une passe du meilleur joueur du Final 4, Joel Berry II.Pour North Carolina, l'histoire est d'autant plus belle que les Tar Heels avaient perdu la finale sur le fil l'an dernier face à Villanova (77-74). Ce titre, le sixième de l'histoire d'UNC, troisième total derrière UCLA (11) et Kentucky (8), est donc une revanche. L'entraîneur Roy Williams n'avait sans doute pas sous ses ordres des joueurs du talent des plus grands anciens de la fac de Chapel Hill, les Michael Jordan, James Worthy et autre Vince Carter. Mais son groupe a su garder le cap malgré une première mi-temps dominée par Gonzaga, même si c'était plus dans le jeu qu'au score (35-32), puis une seconde hachée par d'innombrables coups de sifflet, au point d'en énerver LeBron James...Ces fautes à gogo, suivies d'une litanie de lancers ratés (23 au total), ont durement touché les intérieurs de Gonzaga, offrant à Killian Tillie un temps de jeu important en seconde mi-temps. Le teenager français (19 ans), fils de Laurent et petit frère de Kim et Kévin (ce dernier présent parmi les 77.000 spectateurs du stade foot US de Glendale, en banlieue de Phoenix), n'a guère eu de ballon en attaque (3 tirs, 1 point). Mais il a fait son office au rebond (9) et surtout engrangé une expérience considérable, qu'il devrait pouvoir utiliser l'an prochain, avec notamment le départ du pivot Przemel Karnowski.Tillie, une défaite et des souvenirs

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages