Basket - Le Nigeria inflige une défaite historique aux États-Unis en préparation du tournoi olympique de basket-ball

·3 min de lecture

Donnés favoris de 30 points par les bookmakers, les États-Unis ont été battus par le Nigeria (90-87) lors de leur tout premier match de préparation avant les Jeux Olympiques de Tokyo. 

Éliminés dès les quarts de finale de la Coupe du monde 2019 en Chine (par la France), leur dernière grande compétition internationale, les États-Unis ont entamé leur campagne olympique de la pire des manières possibles. Samedi soir, ils se sont inclinés 90-87 face au Nigeria à Las Vegas, au terme d'un match qu'ils avaient abordé en tant que favori avec 30 points de marge selon les bookmakers locaux. 

« D'une certaine manière, je suis content que ce soit arrivé, a estimé Gregg Popovich, l'entraîneur de Team USA. Ce match peut être le plus important de notre ''tournoi'' olympique si on arrive à en tirer les leçons. On a un groupe de super gars avec beaucoup de caractère et on trouvera les solutions. » Cela n'a donc pas été le cas dans la salle du Mandalay Bay de las Vegas samedi. 

Lire aussi La France battue par l'Espagne en préparation 

Entraîné par Mike Brown (actuel assistant de Steve Kerr auprès des Golden State Warriors en NBA) et emmené par sept joueurs évoluant dans la ligue américaine, le Nigeria a fait preuve d'une présence physique supérieure, notamment sous les paniers avec un avantage de 46 rebonds pris contre 34 aux Américains (dont une différence de 13 à 7 sur les rebonds offensifs). « Le rebond a été un problème, a confirmé Popovich. J'ai presque renvoyé la feuille de statistiques à celui qui me l'a amenée en lui disant qu'il fallait la refaire, qu'il devait y avoir une erreur... parce qu'on s'est fait assassiner au rebond. » 

83 

Lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012, les États-Unis avaient battu le Nigeria, qui participait pour la première fois aux JO, de 83 points en phase de poule (156-63). Neuf ans plus tard, les choses ont bien changé. 

Il y a aussi eu cette redoutable adresse à trois points avec vingt tirs primés réussis (à 48 % de réussite). Le meneur du Miami Heat, Gabe Vincent, a été le héros du match avec ses 21 points dont un excellent 6 sur 8 à trois points. Le joueur de vingt-cinq a également délivré quatre passes décisives. Le Nigeria va disputer ses troisièmes Jeux Olympiques et évoluera dans le groupe B avec l'Italie, l'Allemagne et l'Australie. 

Première défaite face à une nation africaine 

Côté américain, Kevin Durant, figure de proue de cette sélection, a connu la défaite pour la première fois sous le maillot de Team USA (il comptait 39 victoires jusque-là). Le joueur des Brooklyn Nets a marqué 17 points en 28'44 de jeu, ajoutant cinq rebonds, quatre passes et deux interceptions. Mais il a fait preuve de maladresse pour ce match de reprise (4 sur 13) tout comme Bradley Beal (1 sur 7), plombant le pourcentage de réussite de l'équipe (42 % au total). 

La soirée avait une saveur particulière pour Bam Adebayo (11 points et 5 rebonds en 17 minutes) qui aurait pu choisir de porter les couleurs du Nigeria (où son père est né). Le compte Twitter de l'équipe africaine n'a d'ailleurs pas manqué de chambrer l'intérieur du Miami Heat après la rencontre. « Respect à la mère patrie », a répondu Adebayo après un smiley riant aux larmes. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Après s'être rangés samedi derrière l'excuse de n'avoir eu que quatre jours en commun avant de disputer cette rencontre, les Américains auront l'occasion de corriger le tir avec quatre matches supplémentaires de préparation avant de s'envoler pour Tokyo (où ils affronteront la France, le dimanche 25 juillet, en ouverture de leur tournoi). Au programme l'Australie deux fois (lundi et vendredi), l'Argentine (mardi) et l'Espagne (dimanche) avec aucun droit à l'erreur. Après ce faux pas historique contre les Nigérians - première défaite face à une nation africaine -, la moindre rechute sera vue comme un énorme aveu de faiblesse de la part d'une sélection qui, plombée par les absences de nombreuses superstars (LeBron James, James Harden Stephen Curry...), semble faire de moins en moins peur à ses adversaires au fil des ans.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles