Basket - Prépa JO (H) - Avec un intenable Ricky Rubio, l'Espagne bat l'équipe de France en préparation avant les Jeux Olympiques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le meneur de jeu espagnol a marqué dix-sept points dans les quatre dernières minutes pour assurer une victoire de haute lutte face à la France samedi à Paris (87-79). Hallucinant ! Ricky Rubio, le meneur de jeu des Minnesota Timberwolves et de l'Espagne, a livré un money-time d'anthologie samedi soir à Paris pour abattre l'équipe de France (87-79) et s'offrir une deuxième victoire en deux matches cette semaine face aux Bleus dans le cadre de la préparation aux Jeux Olympiques (23 juillet-8 août). Alors que les deux équipes étaient au coude-à-coude, le MVP du Mondial 2019 a pris feu et a marqué sur chaque attaque, pour une addition de dix-sept points à lui seul (23 au total), dans les quatre dernières minutes... La France, qui avait pourtant durci sa défense après la mi-temps, a concédé vingt points dans les cinq dernières minutes et perdu une nouvelle fois un match de gala à Bercy où elle vient pourtant rarement. En manque d'automatismes offensifs comme défensifs, alors que Nicolas Batum (7 points en 30 minutes) et Rudy Gobert (12 points en 23 minutes) ont effectué une bonne rentrée après leur fin de saison en NBA, les Bleus ont flanché en première mi-temps (36-45 à la pause) avant de se reprendre dans le troisième quart-temps avec un cinq de combattants, sans Evan Fournier (15 points à 3 sur 9, 3 balles perdues) et Nando De Colo (9 points à 3 sur 8, 6 balles perdues) en difficulté samedi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les Bleus sont tombés dans le piège du dribble de trop, du jeu rapide Revenus à égalité au forceps dans le money-time (70-70) après avoir répondu au défi physique et psychologique de leurs rivaux privilégiés, ils ont ensuite subi l'impact d'un énorme Rubio qui a démontré cette semaine après un premier succès jeudi à Malaga (77-86) que l'Espagne restait le premier opposant aux États-Unis dans le tournoi olympique. Et que les Bleus, en dépit d'une bonne réaction après la pause et d'une envie de maillocher dans un match déjà aux parfums japonais, ont beaucoup de travail pour polir un collectif offensif. lire aussi Le programme des Bleus aux JO de Tokyo Trop souvent, ils sont tombés dans le piège du dribble de trop (18 balles perdues), trop souvent ils ont donné du jeu rapide à des Espagnols à l'expérience et à la science sans égal malgré l'absence de Pau Gasol ménagé et avantageusement remplacé par le pivot de New Orleans Willy Hernangomez (16 points à 8 sur 8 en 21 minutes). Malgré une faible adresse extérieure (5 sur 22 à trois points), la France a montré du caractère pour revenir au score en haussant le volume physique derrière Gobert et Guerschon Yabusele (10 rebonds) et de l'altruisme (18 passes décisives) en seconde mi-temps avant de dérouler le tapis rouge à Rubio. Vincent Collet et ses joueurs, qui s'envolent mercredi pour le Japon, ont désormais deux semaines pleines et deux derniers matches de préparation contre le Japon (le 18 à Saitama) et face à l'Italie (le 20 à Oshino) pour hausser le curseur avant les trois coups fracassants du 25 juillet face à Team USA. Gobert : « Encore beaucoup de travail »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles