Basket - Pro A - Christian Monschau (Gravelines) : «Un bon match défensivement» contre Nanterre

L'Equipe.fr
Christian Monschau, l'entraîneur de Gravelines, savoure la victoire obtenue à Nanterre (88-67), samedi.

Christian Monschau, l'entraîneur de Gravelines, savoure la victoire obtenue à Nanterre (88-67), samedi.Christian Monschau (coach de Gravelines, vainqueur à Nanterre 88-67) : «Un coup comme ça, contre une Formule 1 comme Nanterre, à l'extérieur, c'est bien pour nous. On ne l'avait encore jamais fait. On a fait un bon match défensivement sur le jeu adverse. Le bémol, ce sont les balles perdues. On a déjà eu cette saison quatre fois une vingtaine de points d'avance et quatre fois on se fait remonter et on perd deux matches. Donc il fallait de la vigilance.»Justin Cobbs (Gravelines) : «Je suis heureux parce qu'on a contrôlé ce match et bien joué dès le début. On n'est pas surpris d'avoir joué comme ça, parce qu'on a bien respecté les consignes du coach, et bien exécuté ce qu'on avait à faire. Ça ne changera pas notre état d'esprit, on sait qu'on est une bonne équipe mais qu'il nous faut donner 100% des deux côtés du terrain pour continuer. Je pense que défensivement, c'est un de nos meilleurs matches. On a fait les efforts en plus, bien défendu sur le pick and roll et on ne leur a rien laissé de facile. Et pourtant, c'est une des équipes qui bougent le mieux dans cette ligue.»Pascal Donnadieu (coach de Nanterre) : «Je pense qu'il y a des circonstances atténuantes. A force de tirer sur la corde, elle casse, Et ce soir, elle s'est cassée; On enchaÏne tous les deux, trois jours, on a peu de temps pour s'entraîner, on joue des matches couperets. Je pense qu'on a laissé beaucoup de force mentale conte Antibes, pour cette qualification en finale de la coupe de France, parce que l'enjeu était énorme; et face à une équipe comme Gravelines, qui ne nous réussit pas, quand on n'est pas dans l'état de fraîcheur qu'il faut, on est doublement sanctionnés.»Hugo Invernizzi (Nanterre) : «Je ne sais pas si on peut expliquer ça; On s'est fait un peu marcher dessus par Gravelines et son intensité. On a peut-être un peu accusé le coup après la qualification en finale de coupe de France. On n'était pas encore focalisé sur le match contre Bonn, je ne pense pas qu'il y ait un seul joueur dans l'équipe qui ait dit "on va laisser passer ce match".»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages