Bastien Montès rêve du record du monde de ski de vitesse et d'atteindre 255 km/h

Bastien Montès rêve de battre le record du monde sur la piste de Vars cette saison. (D.R.)

Champion du monde en 2017, Bastien Montès est un des favoris de la Coupe du monde de ski de vitesse qui débute ce mercredi à Vars (Hautes-Alpes). Cette saison, le Pyrénéen n'a qu'une obsession : battre le record du monde et atteindre 255 km/h.

Des années de préparation pour la descente d'une vie. Avant la reprise de la saison de Coupe du monde de ski de vitesse, ce mercredi à Vars (Hautes-Alpes), Bastien Montès peaufine les derniers réglages de ses skis.

Mais, dans un coin de sa tête, le Français pense déjà et surtout à cette double échéance de mars (du 15 au 25) dans cette même station des Alpes : les Championnats du monde et les Speed Masters, compétition dédiée uniquement à la tentative de record du monde. Cette saison, Montès veut battre celui réalisé en 2016 et détenu par l'Italien Ivan Origone avec une vitesse de 254,958 km/h. Il vise donc la barre des 255 km/h.

lire aussi : L'interview « à la limite » de Simon Billy : « Quand je skie à 250 km/h, j'ai la sensation du temps qui s'arrête »

Sa tentative aura lieu sur la piste habituelle de Chabrières à Vars, longue d'1,2 km et avec une pente maximale de 98 %. « Je me prépare tous les jours non-stop, depuis le mois de juin », nous assure-t-il. Flashé à 251,397 km/h lors des Speed Masters de 2017, le skieur de 37 ans n'a, depuis, jamais atteint cette vitesse. La faute à des conditions météorologiques, qui, depuis les cinq dernières années, rendent difficiles les tentatives de record du monde dans les Alpes.

Un entraînement grandeur natureTout au long des neuf mois de trêve, Bastien Montès s'est entraîné près de chez lui à Gavarnie-Gèdre (Hautes-Pyrénées). « J'ai fait le choix de rester dans les Pyrénées car je suis fortement attaché à mes origines, explique-t-il. On a ouvert deux pistes qui m'ont permis de skier avant le début de la saison. Cela m'a évité d'aller dans les Alpes pour me préparer. C'est un gain de temps considérable sur le plan physique. » Avec une vitesse de 202 km/h, le Palois détient actuellement le record de la piste pyrénéenne.

Pour rebondir après une saison 2018 difficile, il a trouvé nécessaire de recomposer une nouvelle équipe autour de lui. « Je me suis pleinement consacré au record du monde en 2018, reconnaît Montès. Cela m'a demandé beaucoup de sacrifices mais la météo en a décidé autrement. J'étais énormément frustré. »

En plus des habituelles et éprouvantes séances physiques s'ajoute désormais la préparation mentale. « La gestion de la prise de risque est importante lors de la descente, analyse le Pyrénéen. En quelques secondes, on atteint les 200 km/h donc il faut que l'on soit en capacité de gérer notre run. Je me suis rendu compte que l'approche mentale est toute aussi importante que les exercices physiques. »

Les équipements testés en soufflerieDu casque en passant par la combinaison et les chaussures de ski, rien n'est laissé au hasard par Bastien Montès. Si la structure de l'équipe de France permet aux athlètes de prendre part aux différentes compétitions, ils doivent en revanche eux-mêmes travailler sur l'amélioration de leur matériel. « Ce sont de longues heures voire semaines de recherche pour des choses qui peuvent paraître infimes, souligne-t-il. Je fais des tests en soufflerie pour les équipements et ensuite on le reporte sur les skis pour voir ce que ça donne à échelle réelle. »

Pour faire de son rêve une réalité, il s'appuie sur une équipe de chercheurs à la pointe de la technologie. Conscient que le moindre détail a son importance, Montès ne dévoilera pas son équipement lors de la Coupe du monde. Un jeu de cache-cache qui devrait s'opérer jusqu'au mois de mars, date d'une tentative qui pourrait entrer à jamais dans l'histoire de sa discipline. À condition que toutes les planètes s'alignent.