En battant Monaco, l'Olympique lyonnais fait coup double

·1 min de lecture

Rentré la veille d'Amérique du Sud où il a disputé les éliminatoires de la Coupe du monde, Lucas Paquetá a insisté pour figurer sur la feuille de match. C'est en cours de rencontre qu'on a compris pourquoi : mieux valait jouer que regarder cette affiche prometteuse sur le papier mais finalement peu animée. En tout cas, jusqu'à ce qu'il monte au jeu. Le stratège brésilien est entré à vingt-cinq minutes de la fin et le Groupama Stadium a chanté son plaisir.

Mais c'est un tacle trop engagé de Disasi qui a fait rugir l'enceinte lyonnaise pour de bon : Dubois déséquilibré dans la surface, Toko Ekambi buteur acclamé. C'est déjà lui qui avait créé le danger en première période, puis Kadewere deux fois en seconde ; à chaque fois, le prix Nübel de chimie avait trouvé la formule pour refroidir 50.000 personnes d'un seul geste. D'une délicieuse passe aveugle de l'extérieur vers Emerson, passeur décisif pour le 2-0 de Denayer, Paquetá régale. S'il n'avait pas les yeux en face des trous, ce n'était donc pas à cause du jet-lag.

Distanciation physique

Grâce à lui, Lyon se remet d'équerre après deux nuls en championnat et chipe la cinquième place à Marseille, qui reçoit Lorient ce soir. "On a vraiment mis notre jeu en place et gagné en maturité", valide le défenseur belge. L'équipe de Peter Bosz s'est tout de même fait peur à la vue des interventions en retard de Boateng, trop respectueux de la distanciation physique dans son marquage. Sans le néo-international Tchouaméni (suspendu), Monaco ...


Retrouvez cet article sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles