Bautista s'est inquiété pour sa carrière quand il a découvert la Honda

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

Sitôt devenu vice-Champion du monde Superbike en 2019, dès ses débuts au guidon de la Ducati, a intégré le HRC pour ce qui allait être la première saison officielle de Honda dans la catégorie depuis 2002. L'Espagnol s'est toutefois vite demandé si ce choix était le bon, suite à une première séance d'essais plus que difficile.

"Sincèrement, la première fois que j'ai testé cette moto, je me suis dit 'Merde, elle est impossible à piloter'", se souvient Bautista. "Je n'aimais rien sur cette moto. Rien. Pendant les essais hivernaux, rien. Je me suis demandé 'Qu'est ce que je fais ici ? C'est impossible'. Puis nous avons commencé à travailler et même pendant les tests de janvier et février, j'étais en grande difficulté, je ne trouvais toujours pas la limite, j'étais à trois secondes des autres. C'était un désastre pour moi, je me disais que c'était la fin de ma carrière. Je m'inquiétais vraiment de ma décision."

Alvaro Bautista, Team HRC

Alvaro Bautista, Team HRC<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Alvaro Bautista, Team HRCGold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Après ce bond en avant, Bautista a pu décrocher un podium, une troisième place sur le MotorLand Aragón, mais l'Espagnol concède qu'il espérait de meilleurs résultats dans cette saison conclue à la quatrième place du championnat des constructeurs pour Honda, avec moins de la moitié des points de Kawasaki. La saison 2020 très condensée, suite au confinement, a plus nui à Honda qu'aux autres marques selon lui, puisque le constructeur japonais avait peu de temps pour tirer les leçons de chaque course.

"Sincèrement, j'attendais un peu plus de cette saison sur cette moto, mais l'équipe faisait ses débuts, elle avait besoin de temps, surtout dans ce genre de saison, nous avons eu beaucoup de courses très rapprochées en raison du COVID. C'est sûr que c'était plus difficile pour nous."

"Une saison étrange, mais j'ai beaucoup appris et je pense que je serai meilleur l'an prochain, grâce à mon expérience, et je pense que mon équipe sera plus performante dès le début", a ajouté Bautista, qui a identifié de nouvelles pistes de progrès en vue de 2021 : "C'est sûr que nous avons beaucoup de choses à corriger. Je pense que nous avons beaucoup appris cette année, nous avons récolté beaucoup de données et nous avons des idées pour l'année prochaine. Maintenant, nous devons voir si, au Japon, ils peuvent concrétiser ces idées."

Avec Jamie Klein et Sebastian Fränzschky