Bayern : Quand Nagelsmann paie Nike pour filer chez la concurrence

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Après le RB Leipzig pour le Bayern, Julian Nagelsmann a quitté Nike, pour Adidas.
Après le RB Leipzig pour le Bayern, Julian Nagelsmann a quitté Nike, pour Adidas.

Et c’est ici, à l’honneur ou un crève coeur, pour le coach du Bayern Munich, que d’avoir lâché un contrat pourtant plein de promesse. Car alors, que Nike se sépare de plusieurs athlètes dont les contrats ne sont pas reconduits, la marque américaine a misé, en 2020, sur le jeune et prometteur technicien allemand. Le seul, se dit-il, entraîneur de football associé à la Virgule. A l’époque, Julian Nagelsmann officiait sur le banc du RB Leipzig, un club justement habillé par Nike.

Nike avait recruté Julian Nagelsmann quand il était à Leipzig

Mais les choses ont changé. Hans-Dieter Flick, parti du Bayern Munich, pour prendre les rênes de la sélection nationale, Julian Nagelsmann lui a succédé, chez les champions d’Allemagne. Or le club bavarois est associé à la marque concurrente, Adidas. Pas au simple sens d’un sponsoring « classique », la groupe aux Trois bandes est un actionnaire minoritaire du Bayern.

Adidas équipementier et actionnaire du Bayern Munich

Cela requiert donc, du staff et des joueurs, le respect strict de la marque, au risque sinon d’être à l’amende. Julian Nagelsmann l’a bien compris, il a donc lâché son contrat signé avec Nike, selon les informations de Bild, à un an de la fin de celui-ci. En payant quelques 150 000 euros environ, de sa poche, pour pouvoir y mettre un terme. Une fois fait, le stratège de 33 ans s’est alors engagé avec Adidas.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles