Bayonne domine Oyonnax (32-20) et rejoint Mont-de-Marsan en finale

Bayonne rejoint Mont-de-Marsan en finale. (R. Perrocheau/L'Équipe)

L'Aviron Bayonnais est venu, dimanche, à bout d'Oyonnax (32-20) à Jean-Dauger et affrontera Mont-de-Marsan dimanche 5 juin à Montpellier en finale de Pro D2. Le vainqueur montera en Top 14.

Bayonne, contrarié dimanche pendant 50 minutes par une solide équipe d'Oyonnax, a fini par faire la différence (32-20), grâce notamment à 27 points inscrits par Gaëtan Germain, pour rejoindre Mont-de-Marsan en finale de Pro D2 le 5 juin à Montpellier.

Jusqu'à douze points d'avance

Sûrement pris par l'enjeu, l'Aviron s'en est sorti à l'usure dans un stade Jean-Dauger passé par toutes les émotions. Serein au coup d'envoi, frustré de jeu en première période, climatisé dix minutes après le retour des vestiaires, lorsque les joueurs de l'Ain ont compté jusqu'à douze points d'avance, puis soulagé de la réaction de ses favoris avant de finir survolté.

lire aussi

Le film de Bayonne - Oyonnax

Les « Oyomen », en réussite dans les rucks lors d'un premier acte accroché et fermé, ont bien cru avoir fait le plus dur à la reprise en inscrivant deux essais par Rory Grice sur une combinaison derrière mêlée (41e) et surtout par leur pilier Thomas Laclayat, auteur d'une course tranchante et victorieuse sur 50 mètres, enrhumant d'une feinte au passage Maxime Lafage (12-20, 51e).

La chance des Basques, qui avaient viré en tête à la pause avec six points d'avance grâce à quatre pénalités de Germain, a été de réagir illico pour ne pas douter. Le sang neuf injecté par Yannick Bru a apporté un supplément d'âme et Sireli Maqala a récompensé cette révolte en finissant dans l'en-but (55e).

lire aussi

Calendrier/résultats de la Pro D2

Déterminés, les Bayonnais ont insisté, mettant leurs adversaires régulièrement à la faute et logiquement, ils sont repassés devant. Germain y est d'abord allé d'une pénalité (61e) avant d'enfoncer le clou en étant à la conclusion d'une action née d'une récupération d'un ballon de Maqala, enchaînée par un relais bien senti de Denis Marchois (29-20, 69e).

Oyonnax a bien tenté de réagir sur la fin mais les hommes de Joe El Abd ont perdu leurs dernières munitions et leurs dernières illusions quand Germain, auteur d'un quasi sans faute (8 sur 9), a passé l'ultime pénalité du match à trois minutes de la sirène.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles