Belgique : Martinez confirme que Hazard sera titulaire pour le premier match de Coupe du monde, Lukaku en tribune

Eden Hazard sera titulaire face au Canada. (F. Faugère/L'Équipe)

Roberto Martinez offrira, ce mercredi face au Canada (20 h) en Coupe du monde, sa 124e sélection à Eden Hazard. Le sélectionneur de la Belgique espère récupérer, selon avis médical, Romelu Lukaku lors du troisième match face à la Croatie.

Roberto Martinez a confirmé la titularisation d'Eden Hazard, ce mercredi fade au Canada (20h). Le sélectionneur espagnol de la Belgique a également précisé que Romelu Lukaku, selon ultime avis médical, devrait pouvoir faire son retour lors du troisième match de la Coupe du monde face à la Croatie, l'intéressé espérant le faire dès le deuxième face au Maroc (27 novembre).

« 25 de nos 26 joueurs sont aptes, a expliqué le Catalan. Je suis content de la progression de Romelu même s'il ne s'est pas entraîné avec le groupe hier (lundi). La date finale (pour rester dans les 26) est le 1er décembre (match contre la Croatie). Lui espère le deuxième match. Je suivrai l'avis de nos médecins. Quant à Eden Hazard, il est pleinement impliqué. Nous avons besoin de son expérience. Il n'a jamais perdu son talent mais doit gagner sa place comme les autres. Il sera capitaine et débutera. »

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde

Martinez, qui n'était pas satisfait du comportement de ses joueurs, a débriefé la défaite face à l'Égypte (1-2), survenue jeudi à Koweït City. « Au moins a-t-on recueilli pas mal d'informations sur ce quoi on doit travailler, poursuivait-il. C'est parfois bon de sentir qu'on doit se préparer à souffrir et à se réveiller avant une Coupe du monde. Normalement, on dispose de cinq semaines pour le faire. Cette défaite a accéléré notre processus de préparation. »

Favorable à l'évolution des arrêts de jeu

Le coach des Diables Rouges a enfin salué la prolongation des matches en lien avec la prise en compte plus pointue des arrêts de jeu. Mais il aimerait éviter les longs débordements. « Je ne suis pas surpris, dit-il. Je savais que les arbitres avaient ce genre d'instructions. Cela correspond au jeu moderne. Maintenant, il est important que tout cela soit régulé, qu'il n'y ait pas des équipes qui disputent 120 minutes et d'autres 95. Cela relève de l'équité. Mais je suis favorable à cette évolution. On veut voir des équipes qui jouent, pas qui gagnent du temps dans les dix dernières minutes. »