Bellemare, Texier, Roussel... le bilan de la saison des Français de la NHL

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Si Antoine Roussel (à gauche) et Alexandre Texier (centre) ont connu une saison plutôt difficile, Pierre-Edouard Bellemare s'apprête à disputer ses sixièmes séries éliminatoires en NHL. (Reuters/Presse Sports)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des trois Français présents en NHL cette saison, Pierre-Édouard Bellemare (Tampa Bay) sera le seul à disputer les play-offs, qui débutent ce lundi. Alexandre Texier (Columbus) avait bien démarré sa saison, avant d'être perturbé par divers problèmes. Antoine Roussel n'a pas brillé avec les Arizona Coyotes, bons derniers à l'Ouest.

Pierre-Édouard Bellemare (Tampa Bay)

80 matches, 20 points (9 buts, 11 assistances), +24 au plus-moins (*)

Après deux saisons avec le Colorado Avalanche, Bellemare relevait un défi de taille, en rejoignant cette saison le Tampa Bay Lightning, double champion en titre. Et le succès a été au rendez-vous. Avec neuf buts marqués et 11 mentions d'assistance, le natif du Blanc-Mesnil a signé l'une de ses meilleures saisons en NHL (il avait inscrit 22 points lors de sa campagne la plus prolifique, en 2019-2020). Mais c'est surtout en défense que le centre a su se mettre en valeur (+24 de différentiel) et notamment en infériorité numérique. Il sera le seul Français à disputer les play-offs. Tampa Bay s'est classé troisième de la division Atlantique (et cinquième de la conférence Est) et défiera les Toronto Maple Leafs au premier tour.

Alexandre Texier (Columbus)

36 matches, 20 points (11 buts, 9 assistances), 0 au plus-moins

D'un point de vue comptable, Alexandre Texier a réussi la meilleure saison de sa carrière NHL (20 points contre 15 l'année précédente), avec 11 buts marqués et neuf assistances, en seulement 36 matches. Mais ses stats auraient pu être encore meilleures. Malheureusement, la belle saison de Texier a été gâchée, pour plusieurs raisons. Le Grenoblois s'est d'abord fracturé un doigt, fin janvier. Puis il a regagné la France, au mois de mars, suite au décès de deux de ses proches. Alexandre Texier n'est plus apparu en NHL depuis le 26 janvier et un match contre Calgary. Sans lui, les Blue Jackets ont finalement terminé sixièmes de la division Métropolitaine à 19 points du dernier qualifié de la conférence Est, Washington. Ainsi, la franchise de l'Ohio ne disputera pas les play-offs, pour la deuxième saison consécutive.

Antoine Roussel (Arizona)

53 matches, 8 points (4 buts, 4 assistances), -16 au plus-moins

La première saison de Roussel avec les Coyotes a été compliquée. Son équipe s'est retrouvée dans les profondeurs de la conférence Ouest et n'a jamais réussi à en sortir. La franchise de l'Arizona a ainsi fini à la dernière place, devancée y compris par Seattle, qui disputait sa première saison de NHL. Antoine Roussel n'a joué que 53 matches, ayant notamment été sur la touche six semaines, en fin de saison, suite à une blessure au bas du corps. L'ailier gauche français a inscrit quatre buts et délivré quatre assistances. À peine mieux que l'an passé, lors de sa dernière saison à Vancouver, où il n'avait joué que trois mois, à cause, cette fois, d'une blessure à un genou. Seul lot de consolation : il a atteint les 600 matches disputés en NHL.

(*) Le différentiel plus-moins est une statistique de hockey sur glace mesurant l'efficacité d'un joueur par la différence de but lorsque ce joueur est sur la glace. Celui-ci obtient un +1 lorsqu'il est sur la glace et que son équipe marque un but en étant à égalité numérique ou en infériorité numérique. En revanche, il reçoit un -1 lorsqu'il est sur la glace et que l'équipe adverse inscrit un but dans ces circonstances.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles