Benjamin Bonzi élimine Ugo Humbert en cinq sets au premier tour de l'US Open

Benjamin Bonzi est au deuxième tour de l'US Open (F. Porcu/L'Équipe)

Alors qu'il menait deux manches à zéro, Benjamin Bonzi a finalement eu besoin de cinq sets pour se défaire de son compatriote Ugo Humbert (7-6 [1], 6-1, 5-7, 3-6, 6-2), au premier tour de l'US Open.

Dans le deuxième duel franco-français du premier tour de l'US Open, après la victoire d'Arthur Rinderknech contre Quentin Halys, Benjamin Bonzi a pris le meilleur sur Ugo Humbert (7-6 [1], 6-1, 5-7, 3-6, 6-2) au bout d'un match à rebondissements.

D'abord en difficulté, jusqu'à être mené 5-3 et voir Humbert servir pour le gain du premier set, le 50e mondial a totalement renversé la situation en quelques minutes. Soudainement plus agressif, alors que son adversaire se tendait, il a d'abord débreaké puis survolé le jeu décisif (7-1). Sur la lancée d'une fin de manche idéale, il a nettement dominé le deuxième set.

Humbert remonte deux sets de retard

« L'entame était un peu compliquée, il fallait prendre ses marques, observe Bonzi. Dans ces conditions (très humides), le plus dur c'est le début. Passer les 30-45 premières minutes. Une fois que tu es trempé, c'est bon (sourire). Au début, il n'y a pas un changement de côté où je ne mets pas de la poudre sur mes mains pour sécher. À partir du moment où mon corps est habitué, je n'en remets plus une seule fois du match. »

À 5-5 dans la troisième manche, Bonzi s'est procuré deux balles de break qui lui auraient permis de servir pour le gain du match. Mais Humbert les a écartées avec courage et la rencontre a tourné une deuxième fois. Plus relâché car dos au mur, le Messin a réussi un excellent jeu de retour pour breaker le poulain de Lionel Zimbler et revenir à deux sets à un.

« C'est con de ne pas faire une des deux balles de break à 5-5, derrière je me retrouve en danger sur un jeu où je lui file un point facile avec une double faute, regrette Bonzi. Lui prend sa chance de plus en plus, il prend confiance aussi et avec son jeu hyper agressif ce n'est pas évident. »

Benjamin Bonzi

« Il fallait que j'arrive à en remettre un peu plus, le contrer de temps en temps et lui rappeler que j'étais là. Physiquement, je pense que j'étais au-dessus »

Bruyamment soutenu par Jérémy Chardy, son nouvel entraîneur, Humbert, qui a chuté au 138e rang mondial après douze derniers mois très délicats, a retrouvé une partie de ce qui lui avait permis d'atteindre la 25e place à l'ATP en juin 2021 : un service de gaucher illisible, un revers à plat efficace et un jeu d'attaquant redoutable. En jambes, il a logiquement empoché la quatrième manche.

Mais dès l'entame du set décisif, Bonzi a repris le dessus. « J'avais un peu plus d'énergie que lui, explique-t-il. Je me sentais encore très bien à la fin du match, je pense que ça a joué. Je pense que je suis plus frais que lui dès le quatrième. Dans son jeu, je sens qu'il essaie d'écourter au maximum et ça marchait bien pour lui. Mais dès que c'était un peu plus long, je prenais l'avantage. Il fallait que j'arrive à en remettre un peu plus, le contrer de temps en temps et lui rappeler que j'étais là. Physiquement, je pense que j'étais au-dessus. »

Au deuxième tour mercredi, Bonzi défiera le fantasque australien Nick Kyrgios qui a dominé son compatriote et ami Thanasi Kokkinakis (6-3, 6-4, 7-6 [4]) sur le central, après la victoire de Serena Williams dans une ambiance hors du commun.

lire aussi

Le tableau hommes de l'US Open