Benjamin Bonzi passe le premier tour de l'Open d'Australie

Benjamin Bonzi ce mardi face à Mattia Bellucci. (V. Witters/AFP)

Benjamin Bonzi, 48e mondial, est le quatrième Français à se hisser au deuxième tour dans le tableau masculin de l'Open d'Australie grâce à son succès sur le qualifié italien Mattia Bellucci (4-6, 6-3, 7-6 [5], 6-4).

Au bout de l'effort et dans des conditions climatiques particulièrement chaudes, Benjamin Bonzi s'est imposé face à Mattia Bellucci en quatre manches (4-6, 6-3, 7-6 [5], 6-4). Le Français franchit le 1er tour de l'Open d'Australie pour la deuxième fois de sa carrière et affrontera l'Espagnol Pablo Carreno Busta, tombeur de l'Argentin Pedro Cachin en trois sets (7-6 [4], 6-1, 7-6 [3]).

En trois heures et quart de jeu et avec une pause d'un peu plus de trois heures à cause de la chaleur intenable, Benjamin Bonzi est venu à bout du jeune Italien Mattia Bellucci et remporte logiquement ce premier tour : « Au moment de la pause, je me sentais bien, expliquait-il à l'issue du match, je venais de gagner le troisième et je sentais qu'il avait pris un coup donc j'aurais bien aimé continuer, je trouvais les conditions bien pires samedi à l'entraînement (il faisait également 38 degrés) où l'air était vraiment chaud. »

lire aussi : Le tableau hommes de l'Open d'Australie

Le gaucher issu des qualifications avait pourtant réalisé un solide premier set, avec 88 % de premières balles, mais trois heures de « pause chaleur » plus tard, sur le court, Benjamin Bonzi a été expéditif : quatre aces, 93 % de réussite sur ses premières balles et vingt-neuf points gagnants.

« Il m'a posé beaucoup de problèmes, analysait le Français après le match, j'avais du mal à vraiment contrôler sa balle et à trouver mes repères sur le court, mais l'essentiel c'était de s'en sortir. Il a fallu être costaud dans les moments clés de fin de set pour gagner aujourd'hui, mais c'est dans la lignée de ce que j'ai déjà fait, il y a toujours de la confiance, ça reste une victoire et c'est sûr que ma préparation du début de l'année m'a servi aujourd'hui. »

lire aussi : Nuit des Français : retour réussi pour Chardy, désillusion pour Cornet