Benjamin Bonzi s'incline contre Jan-Lennard Struff, la France menée face à l'Allemagne en Coupe Davis

Benjamin Bonzi. (P. Lahalle /L'Équipe)

Benjamin Bonzi s'est incliné lors de la première rencontre de la phase de groupes de Coupe Davis contre l'Allemand Jan-Lennard Struff en trois sets (6-4, 2-6, 7-5 en 2h14), mercredi. Le Français s'est pourtant procuré deux balles de match. Les Bleus sont menés 1-0 face à l'Allemagne avant le match d'Adrian Mannarino et le double.

Premier coup de froid à Hambourg. Dans l'ambiance frisquette de l'AM Rothenbaum, réchauffée dans le troisième set par les 3000 spectateurs allemands qui avaient fait le déplacement pour assister à l'entrée en lice de l'Allemagne en Coupe Davis, la France a pris un coup sur la tête avec la défaite de Benjamin Bonzi face à Jan-Lennard Struff (6-4, 2-6, 7-5 en 2h14). Le genre de revers qui fait mal pour commencer, surtout quand on s'est procuré deux balles de match et qu'on finit par perdre la bataille.

Dos au mur d'entrée

Le Français a eu deux balles de match à 5-4 dans la troisième manche, mais c'est à ce moment-là, quand Struff (132e) semblait sur le reculoir, que l'Allemand a eu un regain salvateur. Comme lors de la première manche où il a servi le plomb (9 aces), il s'est mis soudain à (re) servir correctement et à se montrer plus agressif dans l'échange. Lui aussi avait eu le temps de douter dans une deuxième manche où Bonzi (53e) lui avait remis les pendules à l'heure, profitant de balles plus courtes et de multiples erreurs. Il pensait sûrement avoir fait le plus dur avant de craquer. Sur sa quatrième balle de match, l'Allemand, qui venait de demander le soutien du public pour la première fois de l'après-midi, lui a balancé son 14e ace de la journée comme une grosse claque.

lire aussi

Calendrier et résultats de la Coupe Davis

Cette défaite inaugurale, malgré une rencontre très plaisante à suivre, place déjà les Bleus dos au mur. Menés par l'Allemagne avant le match d'Adrian Mannarino contre Oscar Otte et le double, les Français n'ont déjà plus le droit à l'erreur mercredi. Surtout que le prochain adversaire des Bleus, l'Australie jeudi, n'a fait qu'une bouchée de la Belgique mardi (3-0).

lire aussi

L'actualité du tennis