Benoît Cosnefroy « en contact » avec Thomas Voeckler au sujet des Mondiaux

Benoît Cosnefroy après avoir remporté le Grand Prix de Québec vendredi. (J. Startt/Presse Sports)

Dans la foulée de sa victoire au Grand Prix de Québec, vendredi, Benoît Cosnefroy, qui avait auparavant fait part à Thomas Voeckler, sélectionneur de l'équipe de France, de sa décision de ne pas participer aux Mondiaux en Australie fin septembre, a de nouveau évoqué le sujet avec ce dernier.

Après avoir partagé avec ses coéquipiers et son staff une coupe de champagne, Benoît Cosnefroy a passé « une nuit un peu moins bonne que les précédentes, du fait de l'euphorie de la victoire » vendredi. Le Normand, vainqueur du Grand Prix de Québec, ne se rend pas encore vraiment compte de sa performance, qu'il situait comme sa « plus belle victoire » en carrière, et les trois heures de car entre Québec et Montréal n'ont pas suffi à lire tous les messages de félicitations sur ses réseaux sociaux et son téléphone, « mais je sais que j'en ai beaucoup », souriait-il samedi.

lire aussi
Cosnefroy remporte le GP de Québec

Parmi ces messages, celui de Thomas Voeckler, sélectionneur de l'équipe de France. « Il était très content pour moi, ça lui a rappelé de bons souvenirs de sa victoire à Québec » en 2010, la seule d'un Français avant vendredi. Les échanges n'allaient pas s'arrêter là. Après une sortie en début d'après-midi, le puncheur d'AG2R-Citroën devait « échanger à nouveau » avec Voeckler (dans la nuit de samedi à dimanche en France). Où il allait sûrement être question du Mondial, le 25 septembre en Australie.

« Gagner m'apaise »
« Nous sommes en contact, mais je n'ai pas plus de choses à dire qu'hier (vendredi), soutient Cosnefroy. C'était un choix de ma part de ne pas y participer et j'avais mes raisons. Thomas était partant, je pense, pour me sélectionner il y a quelques semaines déjà. Mais dans le sport de haut niveau, il faut savoir prendre des décisions parfois difficiles, et ne pas aller au Mondial est un choix fort et assez dur. »

Ce premier succès de la saison, après six deuxièmes places, pourrait-il le faire changer d'avis ? « Gagner m'apaise », concède seulement le puncheur, qui aura encore une belle carte à jouer ce dimanche soir à Montréal, sur un circuit taillé pour ses qualités.

lire aussi
Calendrier et résultats de la saison