Bernard Laporte désigne Patrick Buisson comme président délégué de la FFR

Bernard Laporte (à gauche) et Patrick Buisson. (F.Porcu/L'Equipe)

Condamné en première instance en décembre, le président de la FFR, qui a fait appel, a désigné ce vendredi le président délégué pour le remplacer à la tête de l'institution. Son choix s'est porté sur Patrick Buisson, jusqu'ici en charge du rugby amateur à la Fédération.

Selon une information du Figaro, que nous sommes en mesure de confirmer, Bernard Laporte - condamné en première instance en décembre à deux ans de prison avec sursis, 75 000 euros d'amende et deux ans d'interdiction d'exercer toute fonction en lien avec le rugby, pour corruption passive, trafic d'influence, prise illégale d'intérêts, recel d'abus de biens sociaux et abus de biens sociaux - a désigné Patrick Buisson comme président délégué de la FFR pour le remplacer au sein de l'institution.

lire aussi : Quel président délégué à la tête de la FFR ? Le dernier choix de Bernard Laporte

Ce dernier s'occupait jusqu'ici du rugby amateur au sein de la Fédération. Il est très apprécié de la base. Le choix de Laporte peut apparaître comme une déconvenue pour l'autre favori à la présidence, Serge Simon, fidèle et allié du patron de la FFR. Vice-président de l'institution, Simon, relaxé dans l'affaire Laporte-Altrad, sera rejugé, puisque le parquet a fait appel de la décision du tribunal de le blanchir.

« Bernard Laporte a consulté le comité d'éthique du rugby français concernant la compatibilité de Serge Simon avec une potentielle désignation, a précisé la FFR dans un communiqué publié plus tard dans la matinée ce vendredi. Serge Simon a bénéficié d'une relaxe totale prononcée par le Tribunal en première instance mais le PNF a souhaité faire appel de cette décision. En fonction, le comité d'éthique du rugby français recommande au président de faire un choix alternatif. » Et le président a cette fois-ci décidé d'écouter ces recommandations.

Un vote du 23 au 26 janvierAvant de prendre ses fonctions, le président délégué devra être adoubé démocratiquement par la France du rugby. C'était le souhait du ministère des Sports. Un référendum va donc être organisé entre le 23 et le 26 janvier. « Le bureau fédéral confirme sa volonté de confier l'intégralité de l'organisation de cette consultation au comité d'éthique qui pourra en fixer les modalités », ajoute le communiqué.

Ces modalités devront notamment permettre de déterminer ce qu'il adviendra si Patrick Buisson n'est pas accepté par les clubs. En attendant, le communiqué a confirmé qu'à compter de ce vendredi 6 janvier et jusqu'au 27 janvier, les prérogatives de Bernard Laporte sont déléguées aux membres du bureau fédéral et au directeur général Laurent Gabbanini, « jusqu'à l'installation du président-délégué légitimé par les clubs de rugby amateur ».