Bernard Tapie, la gauche et l'OM au centre

·1 min de lecture

Éric Zemmour s'est fendu d'un tweet d'une hypocrisie sans fard, au moment d'évoquer la disparition de Bernard Tapie : "Quel homme ! Au-delà de nos désaccords ponctuels, je retiendrai un homme au tempérament exceptionnel, à l'humour ravageur, jusqu'aux dernières minutes de sa vie. Repose en paix." Il oubliait sûrement ce moment, en 2016, où face à lui l'ancien ministre de Mitterrand et ex-président de l'OM lui lâcha : "Fais attention, je vais me lever et je vais t'en mettre une !". Il avait reconnu alors dans le polémiste, qui n'avait guère l'habitude de la contradiction en direct, cette extrême-droite qu'il combattit toute sa vie et à laquelle il ne laissa jamais passer un racisme qu'il ne s'amusait guère à tolérer par complaisance. "Si l'on juge que Le Pen est un salaud, alors ceux qui votent pour lui sont aussi des salauds", balançait-il sans nuance en 1992. Une ligne de conduite à laquelle il n'a…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles