Biathlon - CM - Biathlon - Coupe du monde : préserver l'élan à Hochfilzen

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Quentin Fillon Maillet et Émilien Jacquelin en tête, les Bleus espèrent obtenir d'aussi bons résultats à Hochfilzen que la semaine dernière. La Coupe du monde de biathlon reprend jeudi à Hochfilzen (Autriche) avec le sprint hommes. Jusqu'à dimanche, hommes et femmes auront à disputer trois épreuves individuelles, sprint, poursuite et mass start. Un bel effort avant de souffler le temps des vacances de Noël. Cette dernière semaine avant la trêve des confiseurs avait bien réussi aux Français l'an dernier avec quatre podiums sur le circuit du Grand Bornand. Les Bleus auraient dû retrouver la Haute-Savoie, mais le Covid en a décidé autrement, la Fédération internationale ayant décidé de limiter au maximum les déplacements des athlètes et organisant ainsi deux week-ends de compétition dans la station autrichienne. lire aussi La Coupe du monde de biathlon Cela fait économiser de la fatigue à tout le monde et ce n'est pas une mauvaise chose car traditionnellement, cela commence à tirer à chaque fin de cycle. Mais côté fatigue, l'entraîneur des hommes Vincent Vittoz n'est pas trop inquiet : « D'une manière générale, dit-il, les gars encaissent très bien pour le moment. Est-ce que c'est lié à un démarrage un peu poussif qui fait qu'on est arrivé là avec des gars qui sont encore motivés ? Physiquement, je n'ai pas d'indicateur qui montre que les gars sont en train de décliner. Pour tous, je ne vois pas bien de différence entre ce qu'on a vécu la semaine dernière et maintenant ». Quentin Filon-Maillet, la confirmation ? La première manche d'Hochfilzen avait plutôt réussi aux Bleus avec cinq podiums individuels, dont quatre pour les hommes et la victoire de Quentin Fillon Maillet devant Émilien Jacquelin lors de la poursuite. « C'est vrai que ça a été une course très aboutie pour Quentin, reprend Vittoz, mais il y a tellement de paramètres pour arriver à ce niveau de compétition qu'un tout petit grain de sable peut faire qu'une balle nous échappe ou qu'une paire de skis glisse moins. Une course comme a pu faire Quentin sur la poursuite c'est compliqué à rééditer chaque fois. Le patron de la coupe du monde, ça reste Johannes (Boe), mais on connaît Quentin. Sur une troisième ou une quatrième semaine, c'est quelqu'un qui ne lâchera rien et qui souvent termine très fort ces périodes. Il a des bons automatismes qui se sont créés là, de bons repères, et il aura la vigilance pour rester dans ce qu'il a pu produire le week-end dernier. » Toutes les épreuves seront à suivre sur la chaîne L'Équipe.