Biathlon - CM (H) - Simon Desthieux, nouveau leader de la Coupe du monde : « C'est le rêve d'une vie »

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

5e du sprint d'Östersund ce dimanche, le Français Simon Desthieux est le nouveau leader de la Coupe du monde de biathlon. Une position qu'il savoure. Simon Desthieux (5e du sprint d'Östersund, 0 faute au tir, nouveau maillot jaune de la Coupe du monde) : « C'est le rêve d'une vie ! Je n'ai jamais porté de maillot jusque-là. J'ai déjà été bien placé sur le général, troisième, deuxième une fois, mais jamais aussi devant. Après, on n'a fait que deux courses, il reste encore beaucoup de choses devant moi, je profite simplement du moment parce que c'est chouette. Simon Desthieux, 5e « Le but, c'est forcément d'être performant aux Jeux » C'est le rêve d'une carrière d'être en jaune. Quand j'ai fait le bilan de la saison passée, je me suis dit l'objectif l'an prochain, c'est un petit Globe, porter des maillots rouges. Je ne me suis pas forcément dit porter le maillot jaune. Peu importe ce qu'il adviendra par la suite, je suis content. Content de ce que j'ai fait. Je vis les courses les unes après les autres et je ne me soucie pas de tout ça. Le but, c'est forcément d'être performant aux Jeux, et pour ça, si je le suis avant (performant), c'est tant mieux. C'est ça ma ligne de conduite. » lire aussi Le classement général de la Coupe du monde Quentin Fillon Maillet (32e, 2 fautes au tir) : « Il y a toujours des fautes en trop sur le tir ! Mauvaise journée... Un enchaînement d'erreurs : Je perds un bâton dans la fosse pendant mon tir debout, ça me sort complètement de mon tir. Ç'a m'a sorti de mon schéma mental et je fais deux fautes sur le tir debout. Derrière, je repars avec un seul bâton, la galère... Je suis frustré de voir que j'essaye de tout mettre en place pour que ça marche et puis que c'est investissement ne paie pas. » Émilien Jacquelin, 4e « J'étais bien sur les skis, mais il fallait tirer à 10 sur 10 aujourd'hui » Émilien Jacquelin (4e, 1 faute au tir) : « Il n'y a pas de regret en tirant à neuf. Je tombe sur l'anneau de pénalité. Vu que l'anneau de pénalité n'est pas beaucoup skié, il y a toujours les stries de la dameuse qui sont présentes et au moment de tourner, le ski a continué dans l'axe et en tournant, je tape les deux chaussures et je tombe. Je perds 4-5 secondes, pas plus. Si le podium s'était joué à deux-trois secondes, j'aurais sûrement été très déçu, frustré. Mais là, ce n'est pas le cas. J'étais bien sur les skis, mais il fallait tirer à 10 sur 10 aujourd'hui. Mais je suis très content de ma forme. » lire aussi Résultats du sprint d'Östersund Fabien Claude (6e, 1 faute au tir) : « Je suis hyper-satisfait de ma course. Ça se joue à rien pour que ça bascule sur le podium. J'ai tout donné, je n'ai aucun regret, je me suis vraiment battu comme un chien jusqu'au bout. Il y en a une petite balle qui m'échappe debout, mais c'est de bon augure parce que je suis vraiment dans le coup. Je sais maintenant que je fais partie des outsiders qui peuvent aller gagner une course. Aujourd'hui, avec zéro faute, je me serais battu pour la gagne, c'est ce qu'il faut retenir. » Antonin Guigonnat (14e, 1 faute au tir) : « J'ai envoyé un de mes bâtons dans la fosse. J'ai essayé de rester concentré dans mon tir, j'ai quatre balles qui sont super. La dernière qui est dehors, je ne vais pas dire que c'est à cause de ça, mais j'ai toujours envie de penser que j'ai été perturbé par cette connerie. Au-delà de ça, je suis content de tout le reste : Neuf balles et ce que j'ai réussi à produire en ski. » lire aussi Toute l'actu du biathlon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles