Bigot, Finot, Gidey, ce qu'il faut retenir de la deuxième matinée des Mondiaux d'Eugene

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Alice Finot s'est qualifiée pour la finale du 3 000 steeple, samedi à Eugene. (F. Faugère/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Quentin Bigot a terminé 4e du marteau (80,24 m) des Championnats du monde et Alice Finot s'est qualifiée pour la finale du 3 000 m steeple en battant le record de France (9'14''34)

Si le camp tricolore pouvait nourrir quelques regrets avec la 4e place de Quentin Bigot au marteau samedi à Eugene, la deuxième matinée des Championnats du monde a souri aux Français.

Marteau : Bigot échoue de peu

Quentin Bigot s'est classé 4e du marteau avec un jet à 80,24 m, à proximité de son record personnel (80,55 m). Le Français a réalisé un superbe concours, mais cela n'a pas suffi pour monter sur un podium où l'on retrouve le Polonais Pawel Fajdek qui décroche son 5e titre mondial avec un jet à 81,98 m. Il devance son compatriote champion olympique Wojciech Nowicki (81,03 m) et le Norvégien Eivind Henriksen (80,87 m). « Je savais qu'un petit 80 mètres ne suffirait pas, devait expliquer le protégé de Pierre-Jean Vazel. Je suis déçu car je termine quatrième mais je fais un beau concours. »

Quentin Bigot

« Sur les trois derniers jets, j'ai essayé de prendre des risques, mais ce n'était pas évident. Ça reste le meilleur concours de toute ma vie »

3 000 steeple : Record de France pour Finot

On savait qu'Alice Finot était une athlète qui n'a pas froid aux yeux. La Française l'a montré une fois de plus en remportant sa série du 3 000 m steeple, s'offrant au passage le record de France en 9'14''34. Un record qu'elle avait déjà battu à Huelva (9'21''41) pour sa première course de la saison, puis lors de la Ligue de Diamant de Stockholm le 30 juin dernier (9'19''59). « J'ai accompli tous mes objectifs, lâchait-elle. Je gagne en confiance. Je vous l'avais dit, si j'avais une course avec de l'intensité autour des temps que j'ambitionne, c'est ce qui devait se passer. Je suis très fière car j'ai couru intelligemment. » Impressionnante dans la première série, la Kazakhe Norah Jeruto (9'1''54) sera la favorite de la finale (jeudi à 4h45).

lire aussi

Les adieux émouvants d'Allyson Felix

110 m - 400 m haies : carton plein bleu

Les trois Français engagés sur 110 m haies se sont qualifiés pour les demi-finales, tout comme Wilfried Happio sur 400 m haies. Mais ce ne fut pas sans quelques craintes pour Pascal Martinot-Lagarde et Sasha Zhoya. Le premier ne s'est qualifié qu'au temps (5e de sa série en 13''49, -0,5 m/s) et son cadet a commis une grosse faute sur le 8e obstacle qui aurait pu lui coûter cher (3e en 13''48, -0,3 m/s). Just Kwaou-Mathey a pris la 3e place de sa série en 13''32 (+0,2 m/s) à l'issue d'une course propre.

lire aussi

Sasha Zhoya, la transition express des juniors vers les seniors

Troisième de sa série du 400 m haies en 49''60, Wilfried Happio avait veillé à ne pas puiser dans ses réserves. « Le maître mot était le contrôle : se qualifier pour les demi-finales sans trop donner d'énergie dans ce premier tour, devait-il expliquer. Il y a quelques années, j'aurais eu envie de battre mon record dès les séries. Mais là, je cours chez les grands et je sais que le premier tour sert à voir où on en est. »

Longtemps incertain en raison d'une déchirure aux ischio-jambiers de la cuisse droite, le Norvégien Karsten Warholm s'est rassuré, décrochant sa place en demi-finales du 400 m haies sans paraître forcer en 49''34, en contrôlant du début à la fin avec une large avance sur tous ses concurrents à l'entrée de la dernière ligne droite.

10 000 m : Gidey enfin !

On attendait Sifan Hassan. À l'issue d'une course d'attente, la championne olympique du 10 000 m espérait faire jouer sa pointe de vitesse dans le dernier tour, mais la Néerlandaise n'était manifestement pas dans la même forme que l'an passé à Tokyo. Elle a dû se contenter de la 4e place dans une course remportée par la recordwoman du monde, l'Éthiopienne Letesenbet Gidey, victorieuse en 30'9''94 (m.p.m.). Cette dernière, qui avait pris la course à son compte, a su résister au retour des Kenyanes Hellen Obiri (30'10''02) et Margaret Kemboi (30'10''07), Sifan Hassan étant créditée de 30'10''56. À 24 ans, Gidey remporte le premier titre majeur de sa carrière.

lire aussi

Toute l'actualité des Mondiaux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles