Bilan 2019 - Pérez, l'assurance tous risques

Fabien Gaillard

Avec un rachat en milieu d'année 2018 d'une structure qui peinait déjà largement sur le plan financier, il y avait très peu de chance de voir une RP19, dont le travail de conception a forcément été impacté par les difficultés, dans la lignée des monoplaces des saisons précédentes, en tout cas en termes de résultats. Sur le plan châssis, la voiture 2019 était sans doute plus une évolution qu'une véritable nouvelle F1 mais Sergio Pérez a prouvé qu'elle était tout de même capable d'inscrire régulièrement de gros points.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

En course, les choses ont été à peine plus équilibrées. Sur les 17 épreuves comparables, 14 ont tourné à l'avantage de Pérez. Le Mexicain s'est notamment illustré en étant à quatre reprises le meilleur pilote derrière les écuries du top 3 (Azerbaïdjan, Belgique, Mexique, Abu Dhabi), plutôt sur des tracés favorisant les qualités naturelles et héréditaires des monoplaces conçues à Silverstone, à savoir la faible traînée. Sa prestation la plus impressionnante est certainement sa course à domicile où il s'est adjugé la septième position en résistant pendant 12 tours à Ricciardo, mais Monza a également été une belle copie rendue par le natif de Guadalajara.  

On peine à trouver beaucoup de situations dans lesquelles Pérez n'a pas maximisé son total de points inscrits. Un niveau de performance tel qu'il pouvait presque à lui seul constituer une garantie pour parvenir à placer Racing Point dans le top 5. Ça n'a pas été le cas, la faute à une fin de saison assez compliquée quand Renault et surtout Toro Rosso inscrivaient de gros points. Paradoxalement, c'est lors d'une épreuve où il aurait eu matière à rééditer une prestation telle que celles qui lui ont offert certains de ses podiums avec Force India, en Allemagne, qu'il a commis sa plus grosse erreur de l'année, dès les premiers tours, s'éliminant seul d'un GP que Stroll allait terminer en quatrième place.

Une erreur notable dans une saison globalement très bonne qui démontre à quel point, en dépit d'un total de points qui est le plus faible pour lui depuis 2013, Pérez est désormais, à 29 ans, un pilote de course expérimenté et efficace, globalement capable de rester en dehors des problèmes et de composer avec une voiture dont le niveau n'est pas excellent au sein d'un milieu de peloton où la hiérarchie fluctue et les luttes sont âpres. Sa dixième place au classement général, à deux petites longueurs de Ricciardo, en témoigne et le fait qu'il soit l'un des rares à être engagé après 2020 est une bonne nouvelle pour Racing Point qui aura, en plus de la stabilité, un point de référence parmi les meilleurs du plateau.

Bilan de Racing Point en 2019

Bilan de Racing Point en 2019 <span class="copyright">Camille De Bastiani</span>
Bilan de Racing Point en 2019 Camille De Bastiani

Camille De Bastiani

À lire aussi