Bilan 2020 - Le diamant Verstappen est-il suffisamment poli ?

Basile Davoine
·2 min de lecture

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Si l'on devait établir le parallèle entre les ambitions affichées il y a un an tout juste par , et l'issue de la saison 2020, il y aurait comme un hic. L'attelage espérait se battre pour le titre mondial cette année, mais il n'en a rien été. S'arrêter là serait pourtant très réducteur et inciterait à dresser un bilan négatif d'une campagne qui a été pour le moins exemplaire de la part du pilote néerlandais.

Il l'a avoué il y a plusieurs semaines déjà : dès les essais hivernaux, Verstappen a compris que son objectif ne pourrait pas être atteint, la faute à une Red Bull un peu trop capricieuse et nécessitant de nombreux ajustements. Il ne s'est toutefois pas démotivé, et lorsque les débats ont enfin débuté en juillet, il y a mis tout le cœur qu'on lui connaît. Très vite, il s'est imposé comme l'empêcheur de tourner en rond face à la domination accrue de et en l'absence des Ferrari aux avant-postes.

Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing, avec son trophée

Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing, avec son trophée<span class="copyright">Glenn Dunbar / Motorsport Images</span>
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing, avec son trophéeGlenn Dunbar / Motorsport Images

Glenn Dunbar / Motorsport Images

S'il n'avait pas été frappé par cinq abandons – tous indépendants de sa responsabilité –, Max Verstappen serait probablement le vice-Champion du monde 2020 derrière qu'il a même plusieurs fois devancé au classement général, preuve qu'il maîtrisait totalement son sujet malgré une RB16 pas au niveau des monoplaces de Brackley.

En interne, Verstappen a affirmé un peu plus s'il le fallait qu'il était le leader naturel, en plus d'être l'enfant chéri de la maison. Impitoyable, il a broyé un pour 2021. Verstappen a notamment infligé un très douloureux 17-0 à son voisin de garage en qualifications…

Le pilote de 23 ans ne deviendra jamais le plus jeune Champion du monde de l'Histoire, mais ne comptez pas sur lui pour délaisser sa quête. À coup sûr, il sera l'un des grands animateurs du cru 2021, même s'il a déjà émis des réserves quant à la possibilité de rattraper Mercedes en raison du gel partiel des châssis. Il ne fait toutefois aucun doute qu'il sera au rendez-vous, tandis qu'il sera particulièrement intéressant d'observer la dynamique dans l'écurie avec un nouveau coéquipier au profil bien différent de ce qu'il a connu jusqu'à présent.