Bilan 2020 - Pietro Fittipaldi sur les traces d'Emerson

Benjamin Vinel
·3 min de lecture

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Patience est mère de toutes les vertus. Pendant deux ans, a occupé le rôle de pilote d'essais puis de réserve Haas – l'an dernier sans Super Licence – avec l'espoir d'un concours de circonstances qui lui permettrait de faire ses débuts en Grand Prix et de marcher sur les traces de son grand-père Emerson, vainqueur du championnat de Formule 1 en 1972 et 1974.

Concours de circonstances qui a effectivement eu lieu avec le terrible accident de Romain Grosjean, qui a mis ce dernier sur la touche pour les deux dernières courses de la saison, et une Super Licence obtenue in extremis grâce à une (fort décevante) cinquième place en F3 Asie l'hiver dernier. Haas ne s'est pas cassé la tête au moment de choisir le remplaçant du Français et a récompensé la loyauté de son réserviste. "Pietro le mérite", assurait le directeur d'équipe Günther Steiner à l'aube du Grand Prix de Sakhir. "Je lui ai spécialement demandé de venir ici, car je craignais un cas de corona. Il me fallait donc avoir un plan B ici. Il l'a fait, il est loin de chez lui sans la moindre garantie d'avoir quoi que ce soit à faire pendant trois semaines. Il a fait cet effort."

Pendant ces deux week-ends, Fittipaldi n'a pas démérité, remplissant le critère principal : un pilotage globalement propre, sans accident. Relégué à une seconde de son coéquipier Kevin Magnussen lors de la première séance d'essais libres à Bahreïn, il n'était plus qu'à quatre dixièmes en EL2 et à trois dixièmes en EL3. Les sept dixièmes d'écart en qualifications n'étaient pas représentatifs, Fittipaldi ayant donné l'aspiration à Magnussen en se sachant pénalisé sur la grille pour changement de moteur. En course, il accusait 32 secondes de retard après 52 tours, après quoi les neutralisations ont changé la donne. Le débutant s'est finalement classé 17e et bon dernier, doublé en toute fin d'épreuve par l'autre intérimaire, Jack Aitken.

Pietro Fittipaldi, Haas F1 Haas VF-20

Pietro Fittipaldi, Haas F1 Haas VF-20<span class="copyright">Zak Mauger / Motorsport Images</span>
Pietro Fittipaldi, Haas F1 Haas VF-20Zak Mauger / Motorsport Images

Zak Mauger / Motorsport Images

À Abu Dhabi, sur une piste nettement plus longue, Fittipaldi a fait des tests pour 2021 en EL1 avant d'enregistrer un écart d'une demi-seconde sur Magnussen en EL2, puis sept dixièmes en EL3 et trois dixièmes en qualifications. La course ne s'est pas passée comme prévu pour l'Américano-Brésilien, qui a dû faire trois arrêts au stand – notamment à cause d'une surchauffe moteur – et a logiquement fini dernier.

Lire aussi :

Steiner : Fittipaldi a montré qu'il "peut faire du bon travail" en F1

Qu'importe, Fittipaldi s'est attiré les louanges de Günther Steiner et va désormais espérer un retour à la compétition après avoir passé le plus clair de l'année 2020 sans courir ; il s'intéresse notamment à l'IndyCar, au WEC et à la Formule E.