Bilan 2020 - La révérence du phénix Romain Grosjean

Benjamin Vinel
·3 min de lecture

Ces bilans 2020 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Si l'on avait dit à , il y a un an, que sa dernière course en Formule 1 serait le Grand Prix de Bahreïn 2020, le Français aurait probablement haussé les sourcils, ne serait-ce que parce que la manche de Sakhir était censée être la deuxième de la saison. La pandémie de COVID-19 est passée par là, et c'est fin novembre que le paddock s'est réuni sur cette île pour deux Grands Prix consécutifs.

Romain Grosjean, Haas F1, sort des flammes

Romain Grosjean, Haas F1, sort des flammes<span class="copyright">Andy Hone / Motorsport Images</span>
Romain Grosjean, Haas F1, sort des flammesAndy Hone / Motorsport Images

Andy Hone / Motorsport Images

Cependant, le but de cet article est de faire le bilan de sa saison 2020, et nous allons donc nous intéresser aux 15 Grands Prix auxquels Grosjean a participé. Quinze week-ends où il a fallu composer avec une Haas peu compétitive, de surcroît dépourvue de la moindre évolution en cours de saison, la faute à la crise financière entraînée par le coronavirus (et à un Gene Haas un peu moins enclin à investir sans voir de résultats). Et au fil de la saison, alors qu'il était de plus en plus évident que Grosjean n'allait pas conserver son baquet l'an prochain pour laisser la place à des pilotes plus avantageux financièrement, sa parole se libérait, toutefois avec une apparente sérénité.

En piste, le plus difficile était de s'extirper de la Q1, avec cinq éliminations dans cette phase et six pilotes représentant les trois écuries de fond de grille (Alfa Romeo, Haas et Williams). Grosjean y est parvenu trois fois : au Red Bull Ring, à Silverstone et au Mugello. Globalement, il a fait jeu égal avec son coéquipier Kevin Magnussen dans cet exercice, avec un score de 7-7 et un écart moyen de 0,020 seconde à l'avantage du tricolore sur les séances représentatives.

Romain Grosjean, Haas VF-20

Romain Grosjean, Haas VF-20<span class="copyright">Mark Sutton / Motorsport Images</span>
Romain Grosjean, Haas VF-20Mark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

En course, forcément, les Haas ont eu bien du mal à s'approcher des points. Seules exceptions : le Grand Prix de Hongrie, où elles sont rentrées au stand dans le tour de formation pour chausser des slicks. Après cinq tours de course, Magnussen et Grosjean étaient quatrième et cinquième, avant d'être pénalisés de dix secondes pour avoir reçu des consignes dans les instants précédant le départ, alors que c'est interdit. Le Danois a quand même arraché la dixième place, mais Grosjean, qui avait choisi des réglages moins favorables et a vu son aileron avant abîmé par une attaque d'Albon, n'a pu faire mieux que 16e.

L'autre exception est le Grand Prix de l'Eifel, au Nürburgring : dernier au premier tour, Grosjean a parfaitement fait fonctionner une stratégie à un arrêt pour arracher une très belle neuvième place et marquer ainsi ses deux derniers points en Formule 1. Le reste du temps, son rythme de course était proche de celui de Magnussen, parfois meilleur, mais médiocre dans les conditions d'adhérence précaires d'Istanbul. Quoi qu'il en soit, le natif de Genève n'a pas démérité et va désormais espérer un ultime test en F1 – Mercedes est déjà disposé à le lui offrir – non seulement pour savoir s'il est capable mentalement de reprendre la compétition, mais aussi simplement pour le plaisir. Avec le bonheur d'être en vie.