Bilan 2020 - Ricciardo/Renault, pas tatoué à l'encre indélébile

Guillaume Navarro
·3 min de lecture

Dans une F1 qui ne cesse de rajeunir (il compte 150 départs de plus que son futur équipier Lando Norris !), fait déjà figure de vieux briscard : avec 188 départs dans la discipline reine, il était en effet cette saison le cinquième pilote le plus expérimenté derrière Räikkönen, Hamilton, Vettel et Pérez.

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

La saison de Ricciardo avait pourtant bien mal débuté par rapport à ses propres attentes. Avec en tout et pour tout 20 points inscrits après les six premières manches de la saison (cinq de plus que son équipier Esteban Ocon), il semblait que la saison 2020 de Renault se trouve vouée à être une nouvelle partie difficile face à tous les pilotes des équipes susmentionnées, selon les circonstances de chaque week-end. Néanmoins, le package trouva une certaine régularité dans la performance et parvint à enfin signer des résultats probants par la suite, principalement aux mains de l'Australien, redoutable en qualifications comme en course. Au point de se traduire par une série de 11 courses consécutives dans les points à compter de la Belgique et jusqu'à la dernière épreuve de la saison. Les notes attribuées par la rédaction de Motorsport.com au fil de cette série de courses ne prêtent pas au doute : le #3 a été essentiellement abonné aux 9/10 et n'a collecté que quelques 7/10 dans les "moins bons" jours.

Certes, Ocon sera celui qui aura finalement placé la machine d'Enstone à la plus haute position avec sa seconde marche du podium sur le tracé ovale de Sakhir, mais la régularité dans la performance parle clairement pour celui que le Français ne regrettera sans doute pas de voir brusquer un autre équipier. Avec 119 points au compteur pour conclure la saison, Ricciardo réalise un bilan supérieur de 65 points que celui établi l'an dernier avec pourtant quatre courses de moins au calendrier. Soixante-cinq, comme le pourcentage des points que Renault lui doit en 2020.

Voici, avec la motivation qu'il apporte systématiquement, tout ce que l'on demande à un leader d'équipe. Reste qu'un leader doit avoir une foi sans réserve dans le projet auquel il adhère et la décision de l'Australien de rejoindre McLaren avant que la saison 2020 n'ait réellement offert tous ses enseignements sur le niveau de progression de Renault, en dit long : pour se rapprocher de son objectif toujours vivant de nouvelles victoires et de titres, Ricciardo pense que les choses se passent ailleurs qu'avec le team qui attirera en 2021 l'attention médiatique autour d'un nouveau nom et avec un pilote nourrissant quotidiennement les gazettes, et qui a certes achevé sa saison devant Ferrari, mais a vu d'autres teams indépendants le devancer. La finalité de faire exulter tout un team autour d'un podium au point d'en provoquer un tatouage a ses limites et est bien loin de suffire lorsque l'on est l'un des meilleurs pilotes du plateau année après année.