Bilan 2020 - Le rocher Leclerc tremble mais ne se fissure pas

Basile Davoine
·3 min de lecture

l'an passé, décrochant ainsi ses deux premières victoires en Formule 1. Naturellement, cette troisième campagne marque un revers en termes de résultat, le Monégasque ayant subi la loi d'une monoplace peu performante. Forcément, passer d'un statut de vedette naissante de la discipline à celui de devoir lutter dans le paquet n'avait rien d'enthousiasmant pour lui, mais devant ce défi imprévu, il n'a pas reculé.

Le signal d'alarme a été tiré dès les essais hivernaux, et malheureusement pour Leclerc comme pour Ferrari, la catastrophe s'est confirmée dès le coup d'envoi de la saison donné en juillet. Pourtant, il a d'abord fait illusion en allant conquérir un podium inattendu au Grand Prix d'Autriche, profitant des circonstances de course mais confirmant également qu'il ne lâcherait pas l'affaire pour autant. La deuxième place arrachée d'emblée sur le Red Bull Ring est finalement une belle incarnation de ce qu'aura été la saison du pilote Ferrari.

Charles Leclerc, Ferrari SF1000

Charles Leclerc, Ferrari SF1000<span class="copyright">Glenn Dunbar / Motorsport Images</span>
Charles Leclerc, Ferrari SF1000Glenn Dunbar / Motorsport Images

Glenn Dunbar / Motorsport Images

"Personnellement, je pense que c'est ma meilleure saison en Formule 1", estime Leclerc à l'heure de dresser son propre bilan. "Je suis vraiment satisfait par ma saison et par ce que j'ai montré sur la piste. J'ai pris des risques, qui la plupart du temps ont eu une issue positive et qui nous ont fait gagner beaucoup de points. À quelques reprises, cela ne s'est pas passé comme je le souhaitais et nous avons perdu quelques points. Mais la saison a été très positive pour ma propre performance. Donc je suis très content et j'ai hâte de voir à quel point nous allons progresser l'année prochaine."

"Après les essais privés de Barcelone, nous savions tous que quelque chose n'allait pas. Même s'il était très difficile d'accepter la situation après la première course, parce que la réalité était évidente, nous avons travaillé très dur et de manière constructive pendant toute la saison. Je pense que nous nous sommes améliorés à partir de ce moment-là. La progression était légère mais, comme je l'ai dit, ce n'est pas quelque chose d'acquis en Formule 1. Nous avons beaucoup appris de cette saison. Et nous reviendrons plus forts. J'espère que nous pourrons le montrer l'an prochain."

Pilote aux qualités indéniables, Charles Leclerc est aussi capable d'une grande intelligence et d'une parfaite lucidité. Le constat qu'il dresse lui-même de sa situation et de celle de la Scuderia le prouve. Sans doute faudra-t-il encore faire le dos rond en 2021, mais si la fameuse usure psychologique de Maranello qu'évoquent certains ne l'atteint pas, il demeure l'atout précieux de Ferrari pour réussir avec le projet 2022. Jusqu'à présent, Leclerc a prouvé à son équipe qu'elle pouvait compter sur lui en toutes circonstances. La réciproque sera-t-elle vraie ?